/24m/city
Navigation

Secteur Turcot: la dalle-Parc maintenant dans les priorités de Québec

Vue sur l'échangeur Turcot à Montréal (photo prise sur le Chemin Upper Lachine au-dessus de l'autoroute 15).
Photo Sarah Daoust-Braun Vue sur l'échangeur Turcot à Montréal (photo prise sur le Chemin Upper Lachine au-dessus de l'autoroute 15).

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Mis de côté depuis plusieurs années, le projet de dalle-parc dans le secteur de l'échangeur Turcot, à Montréal, est de retour et on veut maintenant y greffer un grand parc-nature dont les travaux devraient s’amorcer en 2020.

«Quand on dit qu’on va faire la dalle-parc, ce n’est pas le Parti libéral qui parle, c’est le gouvernement du Québec», a assuré jeudi le ministre des Transports, André Fortin, qui s’est défendu de faire une promesse électorale.

Ce lien piéton et cycliste enjambera l'autoroute 20, ce qui permettra de lier les arrondissements de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce et du Sud-Ouest.

À cela s’ajoute un parc-nature aménagé sur une partie de l'ancienne cour Turcot qui mettra en valeur la falaise Saint-Jacques.

Le projet de dalle-parc avait été proposé en 2010 dans la foulée du projet du nouvel échangeur Turcot, puis avait été délaissé en raison de ses coûts élevés estimés à 40 millions $.

Le ministre des Transports n’a pu préciser les raisons de ce délaissement. «Honnêtement, je ne peux pas vous dire les raisons derrière lesquelles le projet avait été ajouté et/ou retiré à l’époque», a-t-il soutenu.

Travaux en 2020

Le concept final d'aménagement devrait être présenté d'ici la fin de l'année, après des consultations publiques sur le projet qui s'amorceront dans les prochaines semaines. André Fortin estime que la première phase des travaux pourrait s'amorcer en 2020, avec la fin du chantier de l’échangeur Turcot.

«C’est un engagement ferme et il y a deux niveaux de gouvernement qui se sont entendus. Ça donne quand même une certaine garantie que ça ne meure pas au feuilleton après les prochaines élections», s’est réjouie la porte-parole de Piétons Québec Jeanne Robin.

Le gouvernement provincial financera aussi à parts égales avec la Ville de Montréal une étude d'opportunité de 350 000 $ qui permettra de déterminer les coûts et l’échéancier de la dalle-parc et du parc-nature.

«Ça va permettre de retisser les liens entre le haut et le bas, et d’améliorer la qualité des milieux de vie pour l’ensemble des Montréalais», a indiqué la directrice générale du Conseil régional de l’environnement de Montréal Coralie Deny.