/opinion/columnists
Navigation

Trump, les migrants et l’indignation des bien-pensants

Coup d'oeil sur cet article

Pour Donald Trump et ses sbires, l’indignation quasi générale soulevée par la détention systématique des migrants et la séparation des familles n’est pas une conséquence malheureuse de leur action. C’en est un des objectifs principaux.

La colère, l’outrage et les dénonciations fusent de toutes parts à l’endroit de la politique de Trump qui sépare des milliers d’enfants de leurs parents, parfois indéfiniment.

Loin d’esquiver la controverse, les trumpistes l’entretiennent. Mardi, un proche du président tournait en dérision le cas d’un enfant trisomique de dix ans dépourvu de ses parents.

Le président a annoncé son intention de corriger le tir, mais il n’exprimera aucun regret.

Pourquoi défend-il une politique qui suscite tant d’indignation ?

Encore le tribalisme partisan

Si Trump n’a pas créé la polarisation idéologique, le tribalisme partisan et la méfiance envers les élites, il les exploite allègrement.

Depuis son entrée en politique et même avant, Donald Trump a toujours pris plaisir à choquer les bien-pensants. Pour unifier la droite, il suffit de provoquer l’ire de ceux qu’on appelle aux États-Unis les « libéraux ».

Comme d’habitude, Trump compte sur l’indignation des libéraux, des élites et des étrangers pour consolider son noyau dur d’indéfectibles partisans.

Et ça fonctionne ! Comment s’y prend-il ?

Mensonge et diabolisation

Pour justifier sa politique envers les migrants, Donald Trump récite en boucle une litanie de mensonges, de faussetés et d’exagérations que ses partisans finissent par gober.

D’abord, il blâme les démocrates en disant que c’est leur loi qui l’a forcé à agir ainsi (c’est faux) et en les accusant d’obstructionnisme.

Pour défendre l’indéfendable, Trump amalgame tous les migrants irréguliers à l’infime minorité qui sont des criminels violents, en faisant évidemment des démocrates leurs complices.

Trump déshumanise les migrants, qu’il traite de « vermines ». Pour les trumpistes inconditionnels, les migrants irréguliers sont tous des criminels et leur statut combiné d’étranger et de hors-la-loi leur fait perdre le respect minimal dû à tout être humain. On leur enlève leurs enfants ? Ils ont couru après.

Un Houdini politique

On ne compte plus les épisodes où Donald Trump a provoqué l’indignation de ses opposants et de plusieurs républicains pour ensuite s’en sortir, tel un Houdini de la politique. Comment fait-il ?

Outre le flot incessant de faussetés qui entretient la confusion, l’accumulation des controverses finit par inoculer l’opinion contre ce politicien hors norme qui repousse constamment les limites de la normalité.

Donald Trump se fie à son emprise sur sa base pour amadouer ses alliés politiques et il compte sur la force du tribalisme partisan pour s’assurer du vote de ceux qui méprisent plus les démocrates qu’ils ne réprouvent ses actions.

Plusieurs républicains croient que cet épisode leur coûtera cher d’ici novembre, mais Donald Trump mise sur son habileté à mobiliser l’attention au quotidien pour changer le sujet.

Les électeurs ont la mémoire courte. Peut-être qu’ils oublieront cette crise quand la téléréalité Trump le montrera en train de s’extirper d’une nouvelle crise. Peut-être pas.