/news/education
Navigation

Une garderie de Sherbrooke dans la mire du ministère de la Famille

Une garderie de Sherbrooke dans la mire du ministère de la Famille
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

SHERBROOKE – Une garderie de Sherbrooke fait l'objet d'une enquête du ministère de la Famille après qu'un voisin préoccupé d'entendre à répétition des cris et des pleurs eut déposé une plainte.

Ce n'est pas la première fois que la propriétaire, une gardienne d'une cinquantaine d'années, fait l'objet d'une enquête. Selon un document confidentiel dont TVA Nouvelles a obtenu copie, en 2016 la femme qui avait à sa charge des enfants a été visée par une sérieuse enquête qui a mené à la fermeture de son milieu de garde.

«La santé, la sécurité ou le bien-être des enfants que vous recevez est menacé», peut-on lire dans le rapport.

Dans le document de 12 pages, des témoins affirment avoir entendu à plusieurs reprises la femme menacer un enfant de 4 ans: «Tu n’écoutes pas encore, viens je vais t'attacher.»

D'autres auraient vu la femme attacher l'enfant à une poussette, car il en aurait fait le tour.

Pourtant, les témoignages vont tous dans le même sens, l'enfant était docile.

Le milieu de garde passe au privé

Après ce rapport, la gardienne a fermé son milieu de garde, puis a déménagé dans le secteur Rock Forest de Sherbrooke, où elle a ouvert sa garderie privée. Sous le couvert de l'anonymat, une personne affirme avoir retiré son enfant de la garderie après quelques jours seulement. Un parent rencontré sur place a dit ne pas connaître les antécédents de la gardienne, mais a ajouté du même souffle qu'elle était très satisfaite des services et du contact qu'elle avait avec son garçon.

Réactions du ministre de la Famille

Après avoir été saisi du dossier, le ministre de la Famille, Luc Fortin, a réclamé une inspection des lieux par le ministère.

«Il n'y a pas de compromis à faire sur la sécurité des enfants. Si la plainte s'avère, le service de garde sera fermé sur le champ», a indiqué le ministre Fortin.