/opinion/blogs
Navigation

Anglophone et fière d’être Québécoise

Jennifer Drouin, candidate du Parti québécois dans Sainte-Marie-Saint-Jacques
Jennifer Drouin, candidate du Parti québécois dans Sainte-Marie-Saint-Jacques

Coup d'oeil sur cet article

Je suis anglophone. Professeure de Shakespeare qui a enseigné dans des universités au Canada anglais, aux États-Unis, en France et en Angleterre avant de devenir juriste. Lesbienne. Du même âge que la Loi 101. Québécoise d’adoption. Mais, surtout, je suis une fière québécoise.

Pourquoi suis-je si fière d’une nation que je n’ai connue que dans la vingtaine? Cette question, je me la fais poser souvent par mes étudiants anglophones et mes collègues du Parti québécois. La réponse est simple : parce que j’ai eu un coup de foudre pour le Québec dès que j’y ai mis les pieds. J’ai habité en Nouvelle Écosse, en Pennsylvanie et en Alabama, mais nulle part je me suis sentie autant chez moi qu’ici.

Quand j’ai découvert le Québec pour la première fois lors d’un voyage à Trois-Rivières en 1996, j’ai été frappée par la chaleur sans réserve de l’accueil que j’ai reçu. Les Québécois m'ont souhaité la bienvenue à bras ouverts, m’ont acceptée autour de leur table de cuisine et dans leur coeur. Comment ne pas ouvrir le mien à ce peuple accueillant qui m'a fait découvrir sa joie de vivre? Comment ne pas vouloir m’installer quelques années plus tard dans cette ville de Trois-Rivières où des plaques arborant la poésie de Gatien Lapointe, Gaston Miron et Pauline Julien embellissent tous les coins de rue?

La solidarité du peuple québécois m’a tout de suite impressionnée. Solidarité forte qu’on ne retrouve pas de la même manière au Canada anglais, mon pays natal. Solidarité qui s’exprime par une sociale-démocratie généreuse, qui ne laisse personne derrière, qui a construit un filet social qui nous garde tissés-serrés. Solidarité qui s’exprime aussi par un goût du vivre-ensemble et une ouverture sans précédent à la diversité. Solidarité dont le ciment est cette langue française, véritable trait d’union entre nous. Cette langue française qui malgré toutes ses exceptions, toutes ses difficultés, possède la capacité d’unir les Québécois et de tisser un avenir commun, distinct et unique.

Depuis la Révolution tranquille, le Québec est une des sociétés les plus laïques au monde, une des rares nations où la séparation entre l’État et la religion se fait dans le respect de tous, où tous les citoyens sont égaux grâce à la neutralité de l’État.

Le Québec est tellement avant-gardiste en matière des droits civils qu’il a mis la protection des personnes LGBTQ+ dans sa Charte des droits et libertés avant même que la Charte canadienne n’existe! Tout comme pour notre tradition juridique civiliste dans son ensemble, et la cohérence qui soutient notre code civil, il y a là de quoi à en être fiers.

Cette année, la Fête nationale a pour thème «Histoire de héros». Grande marcheuse que je suis, j’ai le plaisir quotidien de sillonner des rues qui portent des noms qui nous rappelle les géants de notre histoire : René Lévesque, bien sûr, mais aussi Jeanne Mance et de Maisonneuve, Papineau et de Lorimier. Ces deux derniers évoquent toujours pour moi le souvenir des frères Wolfred et Robert Nelson, des Patriotes anglophones. Car ce n’est pas parce qu’on naît anglophone qu’on ne peut pas partager les rêves de nos confrères et consoeurs francophones, apprécier la beauté de cette langue poétique qui se bat pour continuer d’exister en Amérique du Nord, célébrer nos bâtisseurs économiques et s’enrichir de cette culture littéraire, cinématographique et musicale captivante.

Le peuple québécois n’est pas une note de bas de page en Amérique du Nord. Il en est l’exception qui confirme la règle, l’exception qui en fait la beauté. Cette unicité est notre principale richesse. Nos réussites sont nombreuses, tant dans le domaine culturel, économique que social. À l’heure où certains de nos dirigeants expriment un malaise vis-à-vis notre différence, la journée de la Fête nationale nous permet de vivre et d’affirmer haut et fort qu'aujourd'hui et pour toujours, pour reprendre l’expression de Robert Bourassa, le Québec est beaucoup plus qu’une province. Il est le foyer d’une nation francophone, ouverte, riche, solidaire et ambitieuse. En tant qu’anglophone de naissance, mais francophone de cœur, je nous souhaite de comprendre que nous sommes aussi des bâtisseurs, que nous sommes aussi des géants. L’aventure que nous vivons, ensemble, depuis plus de 400 ans, ou seulement 10 ans, mérite toute notre fierté.

Nous sommes plus de huit millions de québécois. Il y a donc plus de huit millions de raisons de célébrer la Fête nationale. Bonne Fête nationale à tous!

Jennifer Drouin est titulaire d’un doctorat en lettres anglaises de l’Université McGill et candidate du Parti québécois dans Sainte-Marie-Saint-Jacques.