/news/health
Navigation

Pénurie mondiale de vaccins contre la fièvre jaune

<b>Brian Ward</b><br/><i>CUSM</i>
Courtoisie Brian Ward
CUSM

Coup d'oeil sur cet article

La pénurie mondiale de vaccins contre la fièvre jaune se poursuit, poussant les voyageurs qui veulent se rendre en Amérique du Sud et en Afrique à la patience.

Le phénomène donne des maux de tête depuis des mois à l’infirmière-chef de la Clinique du voyageur du Grand Montréal, Natasha Sniatowsky.

Pour préserver les stocks, elle doit administrer des fractions de dose aux clients. Ils sont ainsi protégés de la maladie pour seulement un an au lieu de l’être pour toute leur vie s’ils recevaient une dose complète.

Santé Canada recommande aux voyageurs de communiquer avec un Centre de vaccination « bien à l'avance de leur voyage pour assurer que le vaccin est disponible ».

Fièvre mortelle

La fièvre jaune est une maladie hémorragique virale aiguë transmise par des moustiques infectés, les mêmes qui transmettent le zika ou la dengue.

Le virus est endémique dans les régions tropicales d’Afrique, d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud.

Sans vaccin, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime qu’une épidémie ferait jusqu’à 2,7 millions de morts.

Une épidémie frappe l’Afrique et l’Amérique du Sud depuis 2016 et draine les stocks mondiaux de vaccins, explique le Dr Brian Ward, codirecteur du Centre d’études sur les vaccins du CUSM et directeur adjoint du Centre des maladies tropicales.

Il explique qu’il existe très peu de laboratoires dans le monde accrédités pour fabriquer le vaccin contre la fièvre jaune.

De plus, la demande n’étant pas constante, ils ne produisent pas en grande quantité, car le vaccin contient un virus vivant, ce qui le rend périssable rapidement. On ne peut donc pas stocker les doses très longtemps, précise le médecin.

Lumière africaine

L’Institut Pasteur de Dakar, au Sénégal, a obtenu le 13 juin un financement de la Banque Islamique de Développement pour financer le projet d’appui à la création d’une nouvelle unité de fabrication de vaccin contre la fièvre jaune.

Il espère ainsi augmenter l’offre internationale pour pallier la pénurie.

L’OMS et l'UNICEF en partenariat avec plus de 50 partenaires internationaux se sont donné pour objectif de vacciner un milliard de personnes contre la fièvre jaune dans 27 pays africains à haut risque d’ici 2026.


♦ En 2013, on a dénombré 84 000 à 170 000 cas graves de fièvre jaune et 29 000 à 60 000 décès, selon l’OMS.