/misc
Navigation

La malédiction de la Saint-Jean

Coup d'oeil sur cet article

Le passage sur l’extrême sud du Québec d’une zone de pluie en fin de semaine fait de l’ombre aux célébrations de la fête nationale.

C’est presque dans l’ordre des choses, diront certains en invoquant une « malédiction de la Saint-Jean ». Depuis 10 ans, la pluie s’invite aux défilés de la Saint-Jean quatre fois sur cinq !

Une dépression en provenance du sud-ouest des États-Unis va longer la frontière en faisant déborder nuages et averses, surtout demain. Heureusement, les quantités prévues sont modestes et se limiteront aux régions le plus au sud, en Montérégie et en Estrie-Beauce. On verra quand même des gouttes de pluie à Montréal et Québec ce soir et demain.

En 2011 et en 2014, la pluie abondante et les orages avaient gâché la fête. Un record de pluie (40 mm) avait même été enregistré à Montréal le 24 juin 2014.

Les 10 dernières Saint-Jean ont peut-être été arrosées, mais si l’on regarde sur 30 ans de données, le portrait n’est pas le même. La moyenne de 30 ans nous dit que vous avez 50 % de risques de voir de la pluie à la Saint-Jean à Québec, alors qu’à Montréal, la probabilité augmente à 60 %. On est loin d’une malédiction.

Ceci dit, pour se donner les meilleures chances de beau temps le 24 juin, le défilé de la fête nationale à Montréal devrait être déménagé... à Québec !

La rencontre des vents

Les deux défilés de la fête nationale à Montréal demain ont pour thème « la rencontre des vents ». Les deux processions simultanées portent les jolis noms de Nordet et de Suroît. Les deux parades doivent se regrouper sur la place des Festivals.

Quelle belle idée ! Le Nordet et le Suroît sont des vents typiques du Québec. Le hic, c’est que le Nordet annonce la tempête et que le Suroît précède les averses.

La convergence de ces vents ne pouvait pas créer autre chose que de la pluie.

Bonne Saint-Jean pareil !