/weekend
Navigation

Une famille tricotée serrée

Quelque chose comme une grande famille
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Le Petit Théâtre du Nord situé dans les Basses-Laurentides, qui célèbre ses 20 ans cette année, a mandaté François Archambault afin de leur écrire une pièce spéciale pour l’occasion. Ce qui en ressort, c’est une histoire de famille à l’image du Petit Théâtre du Nord.

« Cette pièce c’est un peu note histoire », annonce d’entrée de jeu la comédienne Louise Cardinal cofondatrice du Petit Théâtre du Nord. C’est que cette petite institution des Basses-Laurentides a été fondée, il y a deux décennies par quatre comédiens habités par le désir de faire du théâtre et qui se trouvaient à être aussi deux couples.

« Nous sommes une petite famille à laquelle s’est greffée l’auteur François Archambaut qui a écrit pour nous à plusieurs reprises et sa conjointe Marie-Hélène Thibault qui a pris aussi part à la distribution au fil des ans de plusieurs de nos pièces », précise-t-elle. Bref, une véritable histoire de famille.

Ainsi, François Archambault leur a écrit, pour la présente saison estivale, une pièce qui reflète ce genre de liens qui unit une famille.

Une économie difficile

Campée au début des années ’80, la pièce s’étend sur un an et se situe dans la région des Basses-Laurentides. Trois sœurs et leurs maris vivent des moments difficiles.

C’était l’époque où les taux hypothécaires dépassaient les 20% et que les emplois au Québec étaient difficiles à décrocher. La compagnie GM qui avait à ce moment-là une usine à Boisbriand a mis à pied 1800 employés. Gilles, (Sébastien Gauthier) le mari de Monique est l’un d’eux.

Il se retrouve au chômage. Quant à Monique (Louise Cardinal) elle est caissière à la Banque Royale. « C’est l’époque où les guichets automatiques font leurs arrivées et Monique a peur de perdre son emploi », confie Louise Cardinal.

Les deux sœurs de Monique, Dorothée et Claire, (Marie-Hélène Thibault et Mélanie St-Laurent) vivent aussi des moments difficiles et des incertitudes. Dorothée vient de quitter son mari et elle a retrouvé refuge chez sa soeur Claire, qui elle, est infirmière.

Celle-ci tentera également de venir en aide à Gilles qui a perdu son emploi. Quant à Marcel (Luc Bourgeois) le mari de Claire vit des moments moroses.

Solidarité familiale

La pièce sera également marquée par des sentiments d’entraide. « Comme dans toutes les familles, il y aura des conversations sans filtre, où l’on ne prend pas toujours la peine de mettre des gants », explique la comédienne. « Cela va créer des mésententes et des prises de bec, même s’il y a toujours beaucoup d’amour entre eux. »

Ce qui ressortira néanmoins, c’est le sentiment d’entraide entre les trois sœurs et leurs maris. « Claire, la sœur aînée, joue un peu le rôle patriarcal, les parents étant décédés », indique Louise Cardinal. Ensemble, ils vont tenter de résister à la grisaille et au marasme ambiant en se retroussant les manches.

C’est Claire qui va rassembler ses sœurs et leurs conjoint chez elle afin de tenter ensemble de trouver des solutions pour survivre.

Quelque chose comme une grande famille

  • Auteur: François Archambault
  • Mise en scène: Luc Bourgeois et Sébastien Gauthier
  • Distribution: Luc Bourgeois, Louise Cardinal, Sébastien Gauthier, Mélanie St-Laurent et Marie-Hélène Thibault
  • Du 21 juin au 24 août
  • Au Petit Théâtre du Nord (Blainville)