/news
Navigation

Enquête sur LafargeHolcim: Paul Desmarais a été interrogé par la police belge pendant 10 heures

Paul Desmarais Jr
Photo d’archives, Ben Pelosse Paul Desmarais Jr

Coup d'oeil sur cet article

Le grand patron de Power Corporation, Paul Desmarais jr, a été interrogé pendant une dizaine d’heures par la police en décembre dernier concernant le versement d’argent au groupe État islamiste par le géant du ciment LafargeHolcim, dont il est un des administrateurs, a rapporté le Globe and Mail en fin de semaine.

Il était déjà connu que M. Desmarais avait été interrogé par la police belge — et qu’il avait même été mis sous écoute — relativement à ce dossier impliquant le versement à l’État islamique et d’autres groupes de rebelles présents en Syrie de plus de 15,5 millions $ US par LafargeHolcim, entre 2011 et 2015.

Toutefois, les détails entourant l’interrogatoire n’avaient pas été révélés.

Samedi, le quotidien The Globe and Mail a rapporté que M. Desmarais, qui est président du conseil de Power Corporation et co-chef de la direction du groupe, avait été interrogé à Bruxelles le 13 décembre dernier de 9 h et 19 h par les policiers.

La Financière Power, une filiale de Power Corporation, détient une importante participation dans l’entreprise belge Groupe Bruxelles Lambert (GBL), un actionnaire de premier plan de LafargeHolcim.

GBL a deux représentants au conseil d’administration de la compagnie de ciment. Paul Desmarais jr est un des deux, l’autre étant Gérard Lamarche, un haut dirigeant de GBL.

Citant des documents juridiques qu’il a pu consulter, «The Globe and Mail» explique que les enquêteurs belges ont questionné M. Desmarais au sujet des paiements aux terroristes, de ce qu’il savait des arrangements avec l’État islamique et pourquoi le conseil de Lafarge n’était pas intervenu.

Le rôle du conseil d’administration

Selon le journal canadien, Paul Desmarais a nié toute connaissance des paiements ou des liens avec l’État islamique. Il a dit aux enquêteurs que ce sont les directeurs qui gèrent la compagnie au jour le jour et non les administrateurs. «Ce n’est pas avec cinq réunions (du conseil) par année qu’on peut passer en revue toutes les opérations dans le monde», a-t-il déclaré aux policiers, ajoutant que «ça relève de la direction et des 90 000 employés, pas du conseil d’administration».

Durant l’interrogatoire, M. Desmarais a notamment parlé de la façon dont LafargeHolcim avait enquêté à l’interne sur les allégations de financement, des changements apportés aux procédures et du fait qu’elle s’est séparée des employés mis en cause – qui auraient agi ainsi afin d’assurer la poursuite des opérations d’une cimenterie située près de Raqqa dans le nord de la Syrie.

Selon le journal français Le Monde, trois autres responsables chez Groupe Bruxelles Lambert ont aussi été interrogés par la police belge le même jour que M. Desmarais.

Pas informé

Au mois de mai, à Montréal, M. Desmarais avait assuré que le conseil d’administration de LafargeHolcim n’avait jamais été informé des gestes posés par d’ex-employés en Syrie, ajoutant qu’il avait appris ces faits dans les médias, «comme tout le monde».

Toutefois, le dossier est loin d’être clos et pourrait encore prendre de l’ampleur. En France, des juges ont mis huit anciens et actuels dirigeants de la compagnie de ciment font l’objet d’enquête — M. Desmarais ne fait pas partie de ce nombre — pour financement du terrorisme et pour crimes contre l’humanité, une étape qui pourrait mener à des accusations criminelles pouvant coûter jusqu’à 10 ans d’emprisonnement aux personnes qui seraient reconnues coupables.