/news/politics
Navigation

«T'es venu nous narguer chez nous?»: Trudeau apostrophé lors de la Fête nationale

Justin Trudeau est resté quelques minutes, serrant des mains et offrant des ego-portraits.
TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI Justin Trudeau est resté quelques minutes, serrant des mains et offrant des ego-portraits.

Coup d'oeil sur cet article

Le premier ministre du Canada Justin Trudeau a été pris à partie par un homme qui l’accusait de «traître» alors qu’il participait aux célébrations de la Fête nationale dans sa circonscription de Jarry, à Montréal, vendredi.

L’incident est survenu au parc Jarry, où le premier ministre prenait un bain de foule au cours duquel il a rencontré ses électeurs et pris quelques égoportraits. Un homme qui n’appréciait visiblement pas la présence de l’élu fédéral à une fête célébrant le nationalisme québécois a alors apostrophé Trudeau en lui demandant s’il «était venu lui parler en anglais».

«T’es venu nous narguer chez nous?», lui lance l’homme.

«Je suis chez moi», lui a répondu le premier ministre, avant d’ajouter que «l’intolérance n’avait pas sa place».

L’homme a rapidement été éloigné par des agents de sécurité et des policiers, qui lui ont intimé d’agir avec politesse, ce à quoi l’opposant a rétorqué qu’il n’avait pas à être poli avec un «traître».

L’incident a coïncidé avec le moment où Trudeau et le chef du Parti québécois Jean-François Lisée se sont croisés dans la foule. Les deux hommes politiques se sont serré la main avant de poursuivre le chemin dans la foule.