/news/society
Navigation

Coûts pour la société canadienne : l’alcool et le tabac loin devant les autres drogues

Coûts pour la société canadienne : l’alcool et le tabac loin devant les autres drogues
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

À un peu moins de quatre mois de la légalisation du cannabis, une étude montre que la consommation d’alcool et de tabac impose à la société canadienne un fardeau financier beaucoup plus lourd que tout autre type de drogues.

En 2014, l’usage de substances a coûté 38,4 milliards $ en perte de productivité, en soins de santé et en matière de justice pénale au pays, selon un rapport dévoilé mardi par le Centre canadien sur les dépendances et l'usage de substances (CCDUS).

Dressée à partir des données de chaque province et territoire, l’étude montre que 70 % de ces frais sont imputables à l’alcool (14,6 milliards $) et au tabac (12 milliards $).

Les opioïdes et le cannabis suivent avec un impact financier de 3,5 milliards $ et 2,8 milliards $ respectivement.

En tout, l’usage de substances a coûté près de 1100 $ par habitant en 2014, selon le rapport.

Pour la même année, la maladie, les blessures ou la mortalité prématurée liées à l’usage de substances ont engendré des pertes de productivité de 15,7 milliards $ au pays. Le poids sur le système de santé, lui, s’est élevé à 11,1 milliards $.

Dans ce domaine, l’alcool et le tabac se sont avérés les plus néfastes, entraînant 90 % de ces frais en santé, qui comprennent autant l’hospitalisation des patients que la rémunération des médecins et les médicaments sur ordonnance.

En matière de justice pénale, l’usage de substances impose un fardeau de 9 milliards $ à la société canadienne, selon les chiffres du CCDUS.

Près de 20 % de tous les crimes violents commis au Canada sont attribuables à l’alcool, pour un coût total de 3,15 milliards $ en interventions policières, procédures judiciaires et services correctionnels, note le rapport. En ce qui a trait au cannabis, la substance serait responsable de 7 % des méfaits, pour un coût de 1,7 milliard $.

Avec la publication de ces données, le CCDUS souhaite influencer les décideurs politiques dans leur approche par rapport à la consommation au pays.

«Le Canada vit actuellement un moment charnière en matière de politiques sur l'usage de substances, il suffit de penser à la crise des opioïdes et à l'imminente légalisation du cannabis. Les données probantes issues de notre étude nous permettront d'évaluer le succès de ces politiques», a affirmé l’analyste du centre, Matthew Young, dans un communiqué.