/finance/news
Navigation

Douze bonnes questions financières auxquelles répondre

Douze bonnes questions financières auxquelles répondre
Illustration Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Vous avez sans doute déjà vécu cette expérience. Vous vous rendez à votre institution financière pour ouvrir un CELI ou un REER et là, on sort du tiroir un dépliant avec une vingtaine de questions simplifiées sur le niveau de risque que vous pouvez accepter dans vos placements.

Ces questionnaires de tolérance à la volatilité visant à établir votre profil d’investisseur sont pour la plupart incomplets et ne couvrent qu’en surface votre situation financière et familiale. Ils sont incomplets, car ils répondent principalement aux exigences des autorités de marchés, mais ne font pas nécessairement ressortir vos attentes et besoins véritables.

De meilleurs conseils

L’investisseur qui souhaite obtenir de meilleurs conseils et un accompagnement mieux adaptés à ses besoins doit avoir fait ses devoirs. Un portrait financier global ne pourra être établi sans un lien de confiance étroit entre vous et vos professionnels. Il y a des questions dont vous ne connaissez pas toujours les réponses, car vous n’avez pas encore réfléchi à la portée et à l’impact qu’elles peuvent engendrer.

Pour la chronique d’aujourd’hui, j’ai recensé justement une douzaine de questions importantes à vous poser, dont les résultats peuvent changer votre destinée financière.

1. Si je cherche à faire le plus gros rendement possible, est-ce que je peux aussi accepter que la valeur de mon capital baisse de 50 % ou plus ?

2. Dans combien de temps aurais-je besoin de retirer au moins la moitié de mes économies ?

3. En cas de maladie ou de perte d’emploi, est-ce que mon coussin financier (fonds d’urgence) peut me permettre de soutenir mes obligations financières courantes ?

4. Qu’est-ce qui est le plus important pour moi, PROTÉGER mon capital ou le faire CROÎTRE ?

5. Est-ce que mon endettement me cause des soucis et perturbe mon sommeil ?

6. Quelle est ma priorité, battre les indices boursiers ou atteindre mes objectifs personnels et familiaux ?

7. Comment diminuer LÉGALEMENT le fardeau fiscal de mon ménage ?

8. En cas d’invalidité ou de décès, est-ce que mes proches pourront conserver le même niveau de vie ?

9. Quel est mon objectif prioritaire, payer le moins de frais possibles ou obtenir le meilleur rendement moyen APRÈS impôt ?

10. Qu’est-ce qui me convient le mieux : un placement garanti non encaissable avant l’échéance ou un placement sécuritaire rachetable en tout temps sans entrave ni pénalité ?

11. Quel est le rendement nécessaire pour atteindre les objectifs que je me suis fixés dans mon plan financier ?

12. Combien d’économies me faut-il pour atteindre l’autonomie financière ?

RAPPEL

  • La somme de vos dépenses mensuelles est une donnée essentielle à la préparation d’un plan financier
  • Avant de choisir des produits financiers, vous devez tenir compte de l’aspect fiscal
  • Les placements qui rapportent moins (après impôt) que l’inflation deviendront rapidement des boulets et freineront l’atteinte de vos objectifs
  • Méfiez-vous des placements à la mode (Cannabis, Bitcoin, FNB dernier cri, etc.), ils sont peut-être trop risqués pour vous

►Fabien Major est conseiller en épargne collective pour Major Gestion Privée inc.