/finance/business
Navigation

Petite bouffée d'air frais pour les producteurs de porcs du Québec

Coup d'oeil sur cet article

Ottawa investira 12,7 millions de dollars dans l’industrie porcine. Cette aide du fédéral tombe à point pour les producteurs de porcs du Québec, qui subissent présentement les contrecoups de la guerre commerciale entre les États-Unis, la Chine et le Mexique.

François Nadeau fait l'élevage de porcelet et de porc Nagano depuis une vingtaine d'années. Comme les autres producteurs de porcs de la province, il souffre de la guerre commerciale impliquant les États-Unis, la Chine et le Mexique. En partie car le prix du porc québécois est basé sur le prix américain.

«Avec les mesures prises par la Chine et le Mexique, ç’a diminué les prix et ça fait des pertes importantes pour nous et pour tous les producteurs. Il y a des pertes de revenus importantes, un manque à gagner et une moins bonne rentabilité au niveau de la production porcine », a expliqué M. François Nadeau, co-propriétaire de Ferme Groupe Passeporc à St-Sébastien, en Montérégie.

Ses fermes ne sont pas menacées, mais la situation le pousse à remettre en question ses projets d'investissement.

«Dans la gestation, j'ai environ 600 000 dollars à mettre pour conformer ma production aux normes de bien-être animal, qui est une très bonne chose d'ailleurs. Sauf que quand on voit des prix à la baisse comme ça, on se questionne toujours au niveau des projets d'investissement à faire», a indiqué François Nadeau.

Investissements

Ottawa versera 12,7 millions de dollars pour mener une quinzaine de projets au Centre Agriculture et Agroalimentaire du Canada. Les chercheurs pourront, entre autres, déterminer de nouvelles méthodes pour nourrir les porcelets pour leur offrir une certaine immunité contre les maladies, et étudier les effets du transport de longue durée.

«L'annonce qu'on fait aujourd'hui (mardi) c'est justement de donner des outils aux producteurs pour être plus performants et plus innovants sur leur ferme, a expliqué Jean-Claude Poissant, secrétaire parlementaire du ministre de l’Agriculture.

«Nous avons annoncé un programme de 250 millions pour les producteurs, et un programme de 100 millions pour la transformation. Ce sont des façons pour nous d’aider les producteurs», a ajouté M. Poissant.

Pour se distinguer des Américains, les producteurs québécois réclament une renégociation de la méthode de calcul du prix canadien.