/misc
Navigation

La radio de votre été

Coup d'oeil sur cet article

Il fut un temps où les vacances des animateurs de radio étaient comme les vôtres. Un nombre de semaines établi en fonction du nombre d’années de service au sein de l’entreprise.

Maintenant que plusieurs animateurs ont fait sauter la banque, la réalité économique rejoint les radios des grands marchés et on paie maintenant les animateurs vedettes pour qu’ils soient en ondes pendant les périodes rentables, plutôt que pendant toute l’année.

Et comme le prix de la publicité radio est à son plus bas pendant la période estivale, on les envoie en vacances de plus en plus tôt, ce qui permet des économies substantielles.

Par ailleurs, un animateur est toujours intéressé à savoir qui va le remplacer.

Idéalement, quelqu’un qui est assez bon pour que l’auditoire gagné de haute lutte pendant l’automne et l’hiver ne change pas de poste, mais en même temps, quelqu’un qui ne lui piquera pas son emploi !

L’histoire de la radio au Québec est truffée d’occasions où des animateurs ont écourté des vacances parce que le remplaçant était un peu trop bon, ou d’animateurs qui interdisent à leurs chroniqueurs-vedettes de participer aux émissions lorsqu’ils sont en vacances.

Maintenir tes collègues rivaux à distance est plus facile si tu les dépouille des bons outils, non ?

La radio d’été me semble particulièrement intéressante cette année et j’aurai certainement l’occasion d’y revenir ultérieurement, certaines stations n’ayant pas encore mis en ondes toute leur programmation estivale.

En voici quelques-unes qui méritent que vous tendiez l’oreille.

Élisabeth Crête, FM 93

Photo courtoisie

Je suis très impressionné par la facilité avec laquelle cette jeune femme (la mi-vingtaine) pilote une émission matinale à Québec. Voici une animatrice intelligente, qui a le sens du récit, et dont l’assurance dans le propos fait qu’après 5 minutes d’écoute, il ne fait aucun doute à savoir qui est aux commandes de l’émission. Elle est servie par une fort belle voix, une qualité que l’on entend moins souvent à la radio de nos jours. Elle incarne parfaitement ce dont la radio a besoin actuellement : des jeunes communicateurs / trices qui ont des choses intéressantes à raconter, qui ont assez de vocabulaire pour le faire, et qui peuvent retenir les auditeurs plus vieux avec des sujets « plus jeunes », parce qu’ils sont bien amenés.

Élodie Déry, BLVD FM.

Photo courtoisie

Les amateurs de rock l’ont découverte à la défunte Rock 100.9 en co-animation matinale avec Mathieu Marcotte. Depuis le changement de format de cette station, maintenant devenue Pop 100,9 elle a fait un passage oubliable à l’émission tout aussi oubliable Beach Day Every Day le weekend à Énergie. Elle a retrouvé son ADN radiophonique en animant quotidiennement de 10 heures à 16 heures au 102,1. En plus d’avoir une vraie animatrice qui a grandi dans une culture rock, BLVD a eu l’excellente idée de présenter un rock plus contemporain que ce que l’on entend ailleurs. En principe, pas de Hotel California à cette antenne. À écouter à fort volume, tout l’été. Et pourquoi pas l’automne ?

P.A. Normand, Énergie.

Photo courtoisie

Ce qui est intéressant ici, c’est que c’est presque toute l’équipe de Dupont le matin qui est remplacée. Seule Caroline Dumont demeure dans la version « été » qui voit arriver Pierre-Sébastien Gauthier et Marika Sokoluk, déjà à l’antenne d’Énergie depuis environ deux mois. P.A. Normand dirige la programmation de Rouge FM mais passe l’été à l’antenne à la station sœur où il va confirmer qu’il a tout ce qu’il faut pour animer une matinale quotidienne à Québec.

Pendant de nombreuses années, la programmation estivale radiophonique était tellement dépouillée qu’elle ne présentait souvent que peu d’intérêt. De nos jours, même quand on sait que les décisions de programmation sont avant tout d’ordre économiques, on peut écouter une radio bien faite, par des animateurs qui en mettent parfois un peu plus pour gagner un poste, parfois pour ne pas le perdre.

Mais au final, le résultat est souvent très bon.

La radio d’été n’est-elle pas celle qui vous a donné le goût d’écouter la radio au départ ?