/entertainment
Navigation

Le Festival de jazz défend Robert Lepage et Betty Bonifassi

Robert Lepage
Photo d’archives Robert Lepage

Coup d'oeil sur cet article

Le festival International de Jazz de Montréal a répondu aux manifestants qui décrient la présentation de SLAV, un spectacle mis en scène par Robert Lepage et mettant en vedette Betty Bonifassi.

Mardi soir, une centaine d’entre eux s’étaient rassemblés devant le Théâtre du Nouveau-Monde pour protester contre cette œuvre décrite – selon le site web du TNM – comme «une odyssée théâtrale à travers les chants traditionnels afro-américains, des champs de coton aux chantiers de chemins de fer, des chants d’esclaves aux chansons de prisonniers recueillies par John et Alan Lomax dans les années 30.»

Les manifestants déplorent notamment l’absence de personne noire au casting du spectacle.

Dans un communiqué, le Festival se porte à la défense de Betty Bonifassi et Robert Lepage. «Avant de leur faire un procès d'intention, nous croyons fermement que nous devons assister au spectacle qu'ils nous proposent», peut-on lire.

«Depuis 39 ans, le Festival International de Jazz de Montréal a pris le mot international au sérieux en mettant de l’avant des musiques de tous les pays. Et nous sommes extrêmement fiers de ce que le Festival a apporté à Montréal en termes de diversité de sons et de couleurs. Pendant 39 ans, le Festival a été synonyme de village global où il n'y avait ni race, ni sexe, ni religion et où tous les êtres humains étaient égaux. Cette année ne fait pas exception», poursuit-on.

La direction du Festival refuse d’accorder des entrevues pour commenter davantage cette affaire.

La première médiatique de SLAV doit avoir lieu ce soir.