/finance/business
Navigation

Beloeil: Le coureur des Bois Bistro Culinaire décroche le Grand Award du «Wine Spectator»

Beloeil: Le coureur des Bois Bistro Culinaire décroche le Grand Award du «Wine Spectator»
PHOTO COURTOISIE, Le coureur des bois

Coup d'oeil sur cet article

BELOEIL | Quand on entre au Coureur des Bois Bistro Culinaire, on ne peut pas se douter que l’établissement de Beloeil, au sud de Montréal, vient de décrocher le Grand Award, la plus haute distinction du prestigieux magazine «Wine Spectator», à travers laquelle on célèbre autant le vin, la gastronomie que le service.

C’est que le restaurant de l’Hôtel Rive Gauche n’a rien de guindé ou de pompeux. Le Coureur des Bois a au contraire un décor aussi simple que chaleureux, célébrant en quelque sorte le Québec et ses vastes forêts, tout comme son menu qui est voué au terroir dans une formule de bistronomie sans prétention.

Et c’est tant mieux, car c’est exactement ce qu’avait en tête l’homme derrière cette réussite, Mathieu Duguay, qui est aussi président de la société immobilière Cogir.

Le Coureur des Bois n’a donc rien de prétentieux et son équipe de 12 sommeliers – dont le chef sommelier est Hugo Duchesne, aussi enseignant à l’ITHQ – ainsi que ses serveurs et ses cuisiniers ont contribué à décrocher le Grand Award, propulsant le petit bistro de Montérégie parmi les 91 restaurants à détenir cette distinction à travers le monde. Le Coureur des Bois est du reste le seul au Québec à avoir cet honneur et il figure parmi les quatre détenteurs à l’échelle canadienne.

Le Grand Award reconnaît l’excellence de la liste de vins du Coureur des Bois, ses accords mets et vins ainsi que les hauts standards déployés par ses sommeliers et ses serveurs.

Le Coureur des Bois détenait depuis 2013 l’accréditation Best of Award of Excellence du «Wine Spectator», renouvelée chaque année, et ses artisans n’avaient qu’un objectif, celui d’obtenir la distinction supérieure.

«On commençait à se demander si un jour ça allait se concrétiser», a dit M. Duguay, en entrevue avec l’Agence QMI alors qu’il se trouvait en déplacement en Europe.

«On croyait qu’on avait ce qu’il fallait depuis deux ou trois ans, mais le titre ne venait pas, et puis j’avais été avisé par Champlain Charest, qui avait auparavant le titre jusqu’à la fermeture de son restaurant, qu’au moment où l’on recevrait un appel de “Wine Spectator” pour venir visiter le restaurant, c’était vraiment un élément à prendre au sérieux», a raconté M. Duguay, pour qui Champlain Charest est un modèle et certainement une inspiration.

L’appel tant attendu est venu ce printemps et un audit a aussitôt été programmé. La cave à vin du Coureur des Bois a été passée en revue et un «inspecteur» de «Wine Spectator» est venu apprécier la formule du restaurant, autant son menu que son service.

Pour Mathieu Duguay, qui est fort occupé à bâtir Cogir, le projet du Coureur des bois a été une occasion de se lancer dans un passe-temps fort prenant et de s’adonner à sa passion pour le vin, qu’il partage avec sa conjointe et complice de vie.

Le Coureur des Bois a surtout permis à M. Duguay de marier son talent entrepreneurial avec son appréciation du bon vin depuis qu’il a acheté l’Hôtel Rive Gauche et son restaurant il y a sept ans. On y dénombrait alors 100 bouteilles, bien loin des 16 000 d’aujourd’hui représentant une quinzaine de pays.

«Le travail pour obtenir le Grand Award a amené toute l’équipe à se dépasser et à viser quelque chose d’extraordinaire en termes de reconnaissance. Je suis un entrepreneur, alors dans mon esprit, le dépassement, faire plus, faire mieux, c’est important. Et on remet le Québec sur la map, c’est une fierté personnelle et d’équipe de ramener le Québec dans la liste du Grand Award.»

«On se donne comme mission d’avoir une politique de prix, sans dire abordable, qui ne se positionne pas du tout au chapitre des marges hautes. Nos marges sont relativement basses par rapport aux standards de l’industrie. C’est voulu, car on veut que le bon vin soit accessible», a dit M. Duguay, pour qui le vin est une occasion de socialiser, de partager et de découvrir de nouveaux terroirs.

Agrandissement

Le Coureur des Bois compte capitaliser sur son nouveau titre en attirant plus de touristes à Beloeil. L’Hôtel Rive Gauche qui l’abrite est d’ailleurs l’objet de travaux d’agrandissement visant notamment à se doter de deux nouvelles salles où l’on donnera des ateliers sur le vin et la gastronomie, autant pour des clients corporatifs ou des familles.

Il y aura aussi plus de soirées consacrées aux vignerons qui viennent présenter leurs produits à des amoureux du vin.

Mathieu Duguay est bien au fait que le plus dur reste à venir, soit conserver l’accréditation Grand Award.

«Pour les sommeliers, le Grand Award, c’est l’équivalent de travailler dans une équipe de la Ligne nationale de hockey. La barre est haute, ça va nous obliger à être encore meilleurs pour garder le Grand Award. L’accréditation se fait chaque année et on a bien l’Intention de la garder.»

D’autres projets: une cabane à sucre, un resto à Montréal et l’agriculture...

Mathieu Duguay vient de se porter acquéreur d’une cabane à sucre qu’il rénovera en vue de lancer les opérations à la fin de l’année, à temps pour la prochaine saison des sucres.

«On va y apporter notre passion pour le vin, surtout le vin au verre de bonne qualité. La cabane est située à 15 minutes de Beloeil, on va la rebrander et en faire un lieu moderne», a-t-il relaté, en révélant aussi son intention d’ouvrir un restaurant au centre-ville de Montréal avec la même équipe.

«Notre château fort va demeurer Le Coureur des Bois. Les deux ou trois premières années ont été difficiles ici, mais on a pris le temps d’apprendre et de bien s’entourer. On va agrandir la famille et, éventuellement, on aimerait voir si on a la possibilité d’investir dans l’agriculture, urbaine ou en région, et même dans l’élevage. Au cours des prochains mois, on se lance dans la culture hydroponique pour avoir notre propre jardin, bref on a beaucoup de projets.»