/finance/business
Navigation

Avenir moins ombrageux pour les employés de Rio Tinto fer et titane de Havre-Saint-Pierre

Coup d'oeil sur cet article

Après trois années marquées par des réductions de production et des pertes d’emploi à la mine de Rio Tinto fer et titane de Havre-Saint-Pierre, le syndicat des Métallos entrevoit des jours meilleurs.

Cette année, la saison de production est plus longue de six semaines et la mise à niveau de certaines infrastructures par la compagnie est un signe positif, selon le président du syndicat, Steeve Arseneault.

Rio Tinto a considérablement réduit sa production à la mine Tio en 2016. L’extraction du minerai, qui se faisait à l’année, a été réduite à une période de 24 semaines en période estivale.

Une centaine d’emplois ont été perdus. Cette année, la production se fera sur 30 semaines, un signe encourageant pour le syndicat des Métallos qui a vu plusieurs de ses membres être rappelés au travail.

Même pour la pause de production prévue de quatre semaines qui s’amorcent vendredi soir, de nombreux travailleurs resteront en poste pour des travaux d’entretien, notamment sur le chemin de fer.

«Les 2/3 de nos gars travaillent pendant ce mois-là. Après, on rouvre à la fin juillet pour finir au mois d’octobre cette année. Par contre, on est optimiste pour les années futures. Je pense qu’on a atteint le fond du baril et qu’on s’en va en montant tranquillement pas vite», a indiqué Steeve Arseneault, président du local 4466 au syndicat des Métallos.

Selon le syndicat, la compagnie plancherait sur des études pour développer d’autres produits afin d’accéder à des marchés comme la Chine et cela pourrait entraîner des investissements majeurs à Havre-Saint-Pierre. «On parlerait d’une usine d’enrichissement, une grosse usine. Il pourrait y avoir beaucoup d’emplois».

Steeve Arseneault a toutefois précisé que ces informations sont au stade des rumeurs.

Rio Tinto n’a pas confirmé la tenue d’études dans ce sens.