/news/currentevents
Navigation

Retour prochain des Rock Machine?

Plusieurs membres arborant des vestes avec les couleurs du gang se sont rassemblés samedi en Montérégie

Coup d'oeil sur cet article

Des membres des Rock Machine, le groupe de motards jadis ennemis jurés des Hells Angels, disent vouloir faire un retour en force au Québec même si la police ne leur accorde que peu de crédibilité.

Quelques dizaines de personnes se sont réunies le 23 juin à Saint-Dominique, non loin de Saint-Hyacinthe, sur une propriété où l’on avait érigé un drapeau à l’effigie des Rock Machine.

Lors de son passage, le représentant du Journal a pu observer une douzaine de personnes arborant des vestes avec les couleurs du gang, qui a pratiquement été rayé de la carte dans les dernières années. Certains portaient la mention « Prospect » ou « Probationnary », et d’autres « Nomads » ou « Canada ».

« Bien vivants »

« T’as juste une chose à savoir, c’est que les Rock Machine sont bien vivants », a lancé un motard avec un foulard pour cacher sa figure. Il a ensuite exigé que Le Journal quitte les lieux.

Les intentions des Rock Machine seraient de prendre de l’expansion au Québec, de se faire voir plus régulièrement et de recruter de nouveaux membres.

Ils comptent sur la sortie de prison de membres pour faire grossir leurs rangs.

Toutefois, les forces policières ne croient pas du tout à un retour en force des Rock Machine, notamment en raison de la mainmise des Hells. Les escouades spécialisées dans la lutte contre le crime organisé n’ont d’ailleurs même pas daigné se déplacer à leur rassemblement samedi.

« Cette réunion de Rock Machine, c’est un anachronisme, quelque chose du passé. Ils n’ont aucun impact dans le paysage criminel au Québec », a mentionné un policier bien au fait du milieu du crime organisé.

« Nouvel Ordre »

Au cours des dernières années, les Rock Machine ont connu plusieurs conflits internes, notamment avec l’ancien chef Jean-François Émard. Deux clans s’étaient formés au sein du groupe de motards, mais un seul en aurait été véritablement un, soit les Rock Machine de la 13e légion.

Cette période serait révolue. Des membres de la 13e légion se sont regroupés avec d’autres personnes pour former les Rock Machine, Nouvel Ordre.

« Jean-François Émard n’a jamais été le chef des Rock Machine, il a acheté ses “patchs” sur internet. Notre ancien président, Marc Guérin, on l’a tassé. Aujourd’hui c’est le Nouvel Ordre », a réagi Mario Dubé, porte-parole « officiel » du groupe, lorsque joint par Le Journal.

Selon ce dernier, le club n’est pas du tout en quête d’un autre conflit.

« Ce qu’on veut, c’est faire de la moto, faire nos affaires, pis avoir la paix. On ne veut pas empiéter sur le territoire de personne », a-t-il assuré.

– Avec la collaboration de Stéphane Alarie

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.