/opinion/blogs/columnists
Navigation

Nos auteurs

CA_Steve E. FortinCA_Marie-Eve DoyonCA_Stéphane Lessard

Le Canada, ce pays fondé sur une identité usurpée...

Coup d'oeil sur cet article

On parle beaucoup du concept « d’appropriation culturelle » ces dernières heures. Certains accusent les créateurs de SLAV, Betty Bonifassi et Robert Lepage, de ce crime idéologique apparemment inadmissible.

Ça dépend pour qui. Voyons-y un peu plus clair. Et poussons la réflexion un cran plus loin. Ceux qui se plaisent à voir de « l’appropriation culturelle » un peu partout devraient s’intéresser aux repères identitaires du Canada. Ça leur plaira.

En fait, l’identité « canadienne » ne repose-t-elle pas sur l’appropriation culturelle? On a beaucoup écrit là-dessus dans le passé.

Une définition du concept

En fonction de multiples références, le site Wikipédia propose les éléments de définition suivants :

« L'appropriation culturelle est un concept né aux États-Unis selon lequel l'adoption ou l'utilisation d'éléments d'une culture par les membres d'une culture dominante serait irrespectueuse et constituerait une forme d'oppression et de spoliation. La culture « minoritaire » se trouverait ainsi dépouillée de son identité, ou réduite à une simple caricature raciste »

Ah. Et plus loin (c’est très intéressant) :

« L'appropriation culturelle intègre dans sa définition l'appropriation d'éléments matériels et immatériels tels que des symboles, des objets, des idées et/ou différent aspect d'une ou plusieurs cultures par un tiers. »

Le Canada, pays fondé sur une identité usurpée...

Objets, symboles, idées, différents aspects d’une culture...

Mettons commeeeeeeeee l’hymne national? La référence identitaire que l’on vole à un peuple conquis pour en faire celle de peuple conquérant?

J’évoque ici ce que nombreux ont nommé le « rapt identitaire » fait par le Canada anglais. Ce Canada qui s’est « approprié » les symboles identitaires des Canayens, cette nation conquise- dans le sens de « Conquête- - 1760 ».

Le professeur de géographie et grand ethnologue Jean Morisset a publié en 1985 un ouvrage qui avait beaucoup fait jaser intitulé L’identité usurpée. Ce brûlot dénonçait le « rapt national », le « viol identitaire » dont ont été victimes les « Canadiens », nom qu’il donne aux francophones d’Amérique.

La professeure Andrée Mercier du département de littérature de l’Université Laval avait d’ailleurs écrit un résumé critique de ce livre dans la revue Voix et images en 1986 qui résume bien la thèse de l’auteur :

« Avec cet essai de Jean Morisset, nous nous retrouvons maintenant en plein Québec contemporain. Le Français, conquérant parmi d'autres, a cédé depuis belle lurette la place au Canayen conquis. L'Angleterre, que la décennie 1660 laissait au seuil de la suprématie démographique, a définitivement gagné le territoire de l'Amérique du Nord aux dépens des puissances hollandaise et française. Mais elle a aussi subi le morcellement de ses immenses possessions face aux désirs d'autonomie de colonies récalcitrantes.

Si l'on croit reconnaître là les inévitables prémisses au discours nostalgique et amer sur le Québec conquis, on trouvera mieux. Car Jean Morisset propose une voie originale à l'essai «nationaliste».

Tout d'abord, plutôt que de s'associer aux prétentions de la nation québécoise, l'auteur revendique l'identité canadienne que les British North Americans, non contents de s'approprier un pays, devaient aussi usurper. Rapt national donc, si bien réussi, que le véritable Canadien n'aura d'autres ressources que de se créer une identité toute fictive: celle de Québécois; nom emprunté d'ailleurs de Québec, désignation administrative dont les Anglais nous affublèrent après la Conquête. »

Feuille d’érable et hymne national...

De la même façon, il y aura transfert des symboles identitaires de la nation francophone dans ce processus de création de l’identité canadienne post-Conquête. La feuille d’érable, que la Société St-Jean-Baptiste, en 1834, désignera comme son emblème officiel en ces termes (raconté ici par M. Gilles Bousquet)  :

« Cet arbre - l'érable - d'abord jeune et battu par les vents, semble dépérir, puisant difficilement sa nourriture à même la terre. Mais le voilà bientôt tendre ses rameaux vers le ciel, grand et fort, faisant fi des tempêtes et triomphant du vent, maintenant impuissant devant sa force. L'érable est le roi de nos forêts; il symbolise le peuple canadien.

La SSJB proposera un drapeau unifolié à feuille d’érable verte en 1903. Le gouvernement fédéral d'Ottawa s'appropriera par la suite ce symbole qui figure aujourd'hui sur le drapeau canadien (depuis 1964). »

La même chose peut-être dite quant à l’hymne national du Canada. « La musique a été écrite par Calixa Lavallée, et les paroles par sir Adolphe-Basile Routhier. Il a été chanté pour la première fois le 24 juin 1880 lors d'une célébration de la Saint-Jean-Baptiste dans la ville de Québec. »

Gilles LeVasseur, professeur de droit à l’Université d’Ottawa, usera d’une formule pertinente pour traite de l’hymne national du Canada; « Les solitudes patriotiques de l’Ô Canada ».

M. LeVasseur expliquera que « La version française de sir Adolphe-Basile Routhier est un hymne aux origines chrétiennes du Canada et à la place de la foi dans la protection de nation canadienne-française, tandis que la version anglaise est une chanson patriotique du territoire canadien, des individus et des combats. Deux hymnes nationaux pour un seul pays, deux solitudes patriotiques. »

Ceux qui s’intéressent tant à « l’appropriation culturelle » devraient peut-être commencer par se renseigner sur la construction de l’identité du Canada. Ce pays qui se targue d’être le nirvana de la diversité et de la tolérance a construit ses repères identitaires en les arrachant de la nation des Canayens.