/opinion/columnists
Navigation

Valérie Plante, complaisante pour l’extrême gauche

Les pseudo-antifascistes ressemblent surtout à des fascistes de gauche.
Photo d’archives, agence qmi Les pseudo-antifascistes ressemblent surtout à des fascistes de gauche.

Coup d'oeil sur cet article

On annonce pour le 1er juillet une manifestation où pourraient s’affronter des groupuscules d’extrême droite et d’extrême gauche.

Sauf que le discours médiatique dominant ne présente pas les choses ainsi. S’il parle effectivement d’un côté de l’extrême droite, il préfère qualifier les autres groupes d’antifascistes.

Violence

Étrange partage des rôles. On comprend que les premiers sont toxiques alors que les seconds, même lorsqu’ils versent dans la violence, comme ils en ont l’habitude, sont fondamentalement pardonnables : ils luttent contre le fascisme, et il faut quelquefois le faire avec de grands moyens.

Apparemment, Valérie Plante pense la même chose. À tout le moins, c’est le cas de ceux qui travaillent pour elle. Le Huffington Post rapportait ainsi que Nathalie Goulet, la responsable de la sécurité publique pour l’administration municipale, invitait le SPVM à ne pas traiter de la même manière les manifestants d’extrême droite et d’extrême gauche. Je la cite : « Je suis préoccupée par la manifestation d’extrême droite du 1er juillet. Je ne pense pas que de mettre des néonazis dos à dos avec des antifascistes, ce soit une bonne stratégie de contrôle de foule. »

En d’autres mots, l’extrême gauche n’est rien d’autre qu’une association d’amis turbulents de la démocratie.

Le XXe siècle nous laisse pourtant une leçon sans ambiguïté : l’extrême droite et l’extrême gauche sont aussi dangereuses pour la démocratie. Aucune des deux ne mérite un certificat de moralité politique. Concentrons-nous sur les deux grandes doctrines totalitaires. Le nazisme et le communisme ont été absolument meurtriers. Ils ont pratiqué le meurtre de masse.

Fascisme

Pourquoi les fidèles de Valérie Plante pratiquent-ils la sévérité asymétrique ? En fait, les pseudo-antifascistes ressemblent surtout à des fascistes de gauche. Ils ont le culte de la violence, de l’action directe et se moquent tout à la fois du débat public et de la démocratie libérale.

Que Valérie Plante dénonce l’extrême droite, c’est bien. Qu’elle dénonce aussi l’extrême gauche, ce sera mieux.