/opinion/columnists
Navigation

Le CH et son chantier

Le CH et son chantier
Photo Agence QMI, Martin Alarie

Coup d'oeil sur cet article

Ayant la chance de couvrir le prestigieux tournoi de tennis de Wimbledon pour une deuxième année de suite, je n'ai pas été en mesure de suivre, comme vous, toute l'action en cette journée du 1er juillet dans la LNH.

Pour reprendre une expression consacrée par Stéphane Richer à l'époque, il n'y a pas juste le hockey dans la vie. :)

À la lumière de ce qui s'est passé jusqu'à maintenant chez le Canadien, je n'ai pas manqué grand-chose!

La pêche n'a pas été fructueuse pour Marc Bergevin, les principaux agents libres ayant choisi d'aller s'enrichir ailleurs qu'à Montréal.

Êtes-vous surpris? Pas moi. Je n'ai jamais cru aux chances du Canadien d'attirer un joueur de centre étoile comme John Tavares, qui va plutôt s'amuser à marquer des buts à Toronto, au sein d'une équipe explosive à l'attaque comme celle des Maple Leafs.

Par contre, j'aurais bien aimé que Paul Statsny vienne jouer à Montréal, non loin de sa ville natale (Québec), mais il n'a démontré aucun intérêt envers le CH. Ainsi va la vie.

Il a plutôt choisi les Golden Knights de Las Vegas (un contrat de 3 ans pour 19,5 M$) et on peut le comprendre.

Le vétéran joueur de centre joint les rangs des récents finalistes pour la coupe Stanley dans une ville qui est tombée en amour avec son nouveau club de hockey.

Dans le cas du centre Ryan O'Reilly, Bergevin a jugé que le prix demandé par les Sabres était beaucoup trop élevé. Il semble que c'était trois choix de premier tour au repêchage que les Sabres exigeaient. O'Reilly s'est donc retrouvé avec les Blues.

Max Domi, obtenu en échange d'Alex Galchenyuk; Joel Armia, Matthew Peca et Xavier Ouellet sont les nouveaux-venus chez le Canadien. Il faut donc prédire une autre saison difficile pour le club dirigé par Claude Julien. Pour participer aux séries, il va falloir que Carey Price et Shea Weber connaissent la meilleure saison de leur carrière.

Les journalistes présents au point de presse de Bergevin ont souligné qu'il refuse obstinément d'employer le mot reconstruction.

Pourtant, le directeur général du CH peut difficilement parler de reconstruction lorsqu'il est forcé de ramener à Montréal un joueur de centre comme Tomas Plekanec, même si le Tchèque de 35 ans peut rendre de bons services sur le plan défensif et ainsi préparer la table en attendant l'arrivée de Jesperi Kotkaniemi et de Ryan Poehling, si ces deux jeunes se développent comme souhaité par Trevor Timmins, bien entendu.

Montréal s'y connaît en matière de chantier de construction et celui du Canadien est loin d'être clair. On se croirait engagé en voiture dans l'échangeur Turcot un samedi après-midi, lorsqu'on ferme des accès!

Bergevin prône la patience en faisant allusion à ses premiers choix au repêchage, mais il est difficile pour les amateurs de gober ce genre de message.

Et que va-t-il se passer maintenant avec Max Pacioretty, que le Canadien n'a pas encore réussi à échanger? Changera-t-il d'adresse, comme il le souhaite?

Si Pacioretty est forcé d'être de retour avec le Canadien en septembre sans avoir obtenu une prolongation de contrat, je ne vois pas comment il pourra cacher son mécontentement et sa mauvaise humeur dans le vestiaire. Après tout, il a été sous-payé par le Canadien, si on compare son salaire à ceux de plusieurs autres marqueurs de la LHN.

Je crois qu'il lui serait difficile de bien jouer son rôle de capitaine en attendant de profiter de son autonomie complète le 1er juillet 2019.

Sur cette note, je retourne à la couverture des meilleurs joueurs et joueuses de tennis au monde dans ce temple sacré qu'est Wimbledon.