/24m/urbanlife
Navigation

Survivre à la canicule... dans un congélateur!

Des manutentionnaires de l'entreprise VersaCold, dans l’entrepôt frigorifique du chemin St-François. De gauche à droite: Giuseppe Marchica, Billy Laurenstin, Marc Gilfillan, Fedd Cyrius et Ed Bugdale.
Photo Nadia Lemieux Des manutentionnaires de l'entreprise VersaCold, dans l’entrepôt frigorifique du chemin St-François. De gauche à droite: Giuseppe Marchica, Billy Laurenstin, Marc Gilfillan, Fedd Cyrius et Ed Bugdale.

Coup d'oeil sur cet article

Alors que les Montréalais cuisaient sous la chaleur accablante de la canicule, des travailleurs enfilaient leurs vêtements d’hiver pour débuter leur quart de travail dans un entrepôt où les températures se situent sous la barre des -20 degrés.

La température ressentie frôlait les 40 degrés mardi midi à Montréal. Pendant ce temps, des employés de l’entreprise VersaCold déchargeaient des palettes d’aliments congelés dans un entrepôt frigorifique de 221 450 pieds carrés dans l’arrondissement Saint-Laurent, équipés de bottes d’hiver, de pantalons de neige, de manteaux, de tuques et de mitaines.

«On est en hiver ici. 24 sur 24», a lancé le manutentionnaire Fedd Cyrius.

Avec la vague de chaleur extrême qui secoue présentement Montréal, lui et ses collègues apprécient encore davantage leur travail. «C’est sûr, avec la chaleur qu’il y a dehors! Moi, je ne peux pas travailler ailleurs que dans le froid. Je suis trop habitué à ça», a mentionné Billy Laurenstin.

«J’adore ça, a renchéri Marc Gilfillan. Tu ne transpires pas, t’es moins fatigué et t’es tout le temps réveillé. Le froid, ça réveille!»

La majorité de la crème glacée consommée au Québec a transité dans les entrepôts de VersaCold, dans des congélateurs tenus à –28 degrés. En fait, 95 % de tous les aliments congelés consommés au Canada ont fait un arrêt dans l’un des 31 entrepôts VersaCold au pays.

Santé et sécurité

En tout temps, et particulièrement lors des périodes de grandes chaleurs, les mesures de santé et sécurité sont appliquées avec grande attention chez VersaCold, fait valoir la directrice générale pour le Québec, Isabelle Beaulieu.

«Les travailleurs ont des pauses régulières. Au besoin, les travailleurs peuvent aller se réchauffer dans des salles de réchaud, a-t-elle expliqué. Vêtements, bottes et tout ce qui est approprié pour aller dans un congélateur sont fournis par l’entreprise.»

Chaque quart de travail s’amorce avec un rappel des mesures de sécurité et une période d’échauffement pour préparer les travailleurs à affronter les températures froides.

«Il y a des journées où tu vas avoir plus froid que d’autres. Si t’as mal dormi ou mal mangé, tu vas le ressentir le lendemain. C’est pour ça qu’il faut être discipliné», a mentionné Marc Gilfillan.

Fait pour ça

«Je dois dire, c’est pas fait pour tout le monde, mais c’est mon monde à moi», a admis Billy Laurenstin.

«Il y a rien d’effrayant, il faut l’essayer, a ajouté M. Gilfillan. À partir de ce moment-là, la personne va juger si c’est pour elle ou non. Moi, personnellement, je retournerai jamais travailler à la chaleur!»