/news/politics
Navigation

Chaleur extrême: le gouvernement répond aux critiques

Coup d'oeil sur cet article

Cette vague de chaleur extrême qui touche le Québec depuis plusieurs jours déferle aussi sur le monde politique puisque le Parti québécois a soulevé la colère du gouvernement avec sa sortie sur la climatisation.

«Demain matin, pensez-vous que dans les 57 000 chambres du Québec nous sommes capables d’acheter 50 000 climatiseurs? Cette promesse est loufoque», a affirmé le ministre de la Santé, Gaétan Barrette.

Hier, la formation souverainiste dirigée par Jean-François Lisée a promis de climatiser tous les établissements de santé au Québec, une initiative qui ne prendrait qu’un an.

«Un gouvernement du Parti québécois mettra en place un plan, déployé sur un an, pour que tous les établissements de santé puissent se doter d’un système efficace de climatisation. C’est nécessaire, bien sûr, mais c’est surtout humain», a expliqué par communiqué le porte-parole du PQ en matière de services sociaux, Dave Turcotte.

En point de presse, la ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse et à la Santé publique a dénoncé «cette petite politique».

«Je trouve ça désolant qu’à l’aube d’une campagne électorale, on prenne des personnes en vulnérabilité pour faire de la politique. Je vais m’en tenir là parce que ces personnes qui sont en vulnérabilité méritent mieux que de la petite politique», a estimé Lucie Charlebois.

En entrevue à TVA Nouvelles, la porte-parole du PQ en matière de santé Diane Lamarre a défendu le plan de son parti.

«Quand on parle de climatiser des CHSLD, je pense que c’est une occasion d’en prendre tous conscience. On est rendu à 33 victimes», dit-elle.

La candidate libérale dans la circonscription de Saint-Laurent Marwah Rizqy s’est rendue à l’hôpital Sacré-Cœur pour aller rencontrer les intervenants de l’hôpital.