/entertainment/comedy
Navigation

Grand Montréal comédie fest: comme un gala conventionnel

Coup d'oeil sur cet article

Après en avoir parlé pendant des mois, l’équipe du tout nouveau Grand Montréal comédie fest présentait finalement son tout premier « Grand spectacle », jeudi soir à l’Olympia. La soirée, qui avait toutes les allures d’un gala conventionnel, a procuré quelques bons moments, mais s’est aussi avérée plutôt inégale. Pour sa première édition, le GMCF ne se targue pas de jouer dans les mêmes plates-bandes que Juste pour rire. L’événement se veut sans prétention et il n’a pas les ambitions de réinventer la roue.

Mélanie Couture.
Photo Agence QMI, Mario Beauregard
Mélanie Couture.

Trois spectacles dans trois villes

Le concept de ces « Grands spectacles », que nous appellerons simplement « galas », était original. Au même moment où nous assistions au gala de l’Olympia, le même type de soirée se tenait à Saint-Eustache et Châteauguay. Certains humoristes faisaient la navette d’une ville à l’autre. Le but ? Se rapprocher des gens dans les banlieues. Il faudra voir, avec le temps, si cette idée en était une bonne ou une « fausse bonne ».


Débuts très tranquilles

La soirée s’est amorcée de bien modeste façon. Ici, oubliez la musique d’introduction à la Juste pour rire, le gala a commencé avec un message d’avertissement lu par Patrick Groulx. Et un autre de Martin Petit, l’instigateur du festival. Dans la foule, on sentait très peu d’effervescence. Le public, relativement amorphe au début, s’est lentement réveillé au fil des invités.


Paquin et Petit

Lors de la première partie, ce sont les vétérans Laurent Paquin et Martin Petit qui ont, de loin, fait le plus rire la foule. Le premier a parlé de façon hilarante, et originale, de la légalisation du pot. Le second a fait mouche en parlant du fait qu’il aura bientôt 50 ans. En utilisant le même sujet du vieillissement dans son numéro au tout début du gala, Mario Tessier a de son côté servi plusieurs clichés qui ont raté la cible.


L’animation de Neev

Neev
Photo Agence QMI, Mario Beauregard
Neev

Pour sa toute première animation de gala, Neev s’est très bien tiré d’affaire. L’humoriste a établi un bon contact avec le public, en plus de livrer deux numéros très efficaces. Après avoir parlé des tout-inclus en début de soirée, il a déridé encore plus la foule, au début de la deuxième partie, en riant des films indiens de type Bollywood.


Blagues en vrac

« Avec le pot qui sera légalisé, les games du Canadien ne seront pas meilleures, mais elles seront plus intéressantes à regarder. » – Laurent Paquin

« Il y a des jeunes du Cégep Maisonneuve qui voulaient entrer dans l’État islamique. C’était qui, l’orienteur au cégep ? » – Martin Petit

« Je m’appelle Rosalie et je viens de Saint-Hyacinthe, au cas où il y en a qui se demandaient qui sentait le purin. » – Rosalie Vaillancourt

 

Le verdict

Nous attendions ce premier « Grand spectacle » depuis des mois et la soirée ne passera malheureusement pas à l’histoire. Même si quelques humoristes se sont démarqués, dont Rosalie Vaillancourt dans la deuxième partie, le gala n’a été qu’une enfilade de numéros de stand-up parfois comiques, parfois très moyens. Surtout, le spectacle n’a rien amené de différent des galas que nous voyons chaque année à Juste pour rire.