/misc
Navigation

Dernier jour de canicule après une semaine de chaleur étouffante

Coup d'oeil sur cet article

L’arrivée d’un front froid demain mettra fin à un événement météo aussi exceptionnel.

Après plus d’une semaine de chaleur étouffante, préparez-vous à souffler. La plus longue canicule des 17 dernières années et la plus chaude en 55 ans se termine enfin.

La chute d’une douzaine de degrés soulagera les 8 millions de Québécois aux prises avec des températures ressenties de près de 40 °C depuis des jours.

Le passage d’un front froid ramènera le mercure à des valeurs normales, et surtout, plus confortables. Mais préparez-vous : des orages puissants et de fortes averses devraient l’accompagner.

Samedi et dimanche, une large crête de haute pression s’étirant des Grands Lacs à la Gaspésie promet des conditions formidables avec de l’air frais et plus sec. Et encore du soleil !

Records de tous les temps

Depuis huit jours, la chaleur accablante associée à un anticyclone stationnaire sur l’est des États-Unis s’est étirée, faisant fondre bien des records.

Cette canicule est à ranger avec les phénomènes extrêmes aussi rares que les pluies torrentielles du Saguenay en 1996 ou le verglas de 1998. Jamais l’indice humidex n’a grimpé aussi haut, le mercure ressenti ayant atteint 48 °C à Gatineau.

Avec un mercure à 33 °C à Québec, il faut revenir 16 ans en arrière pour trouver du temps aussi chaud.

Montréal a pour sa part battu des records vieux de 76 ans, avec 36,6 °C le 2 juillet. C’est presque la température du corps humain ! Mais bien plus que les températures du jour, ce sont les minimums nocturnes très élevés, dé­­­passant 22 °C dans certains secteurs, qui sont plus nocifs pour la santé.

Aux États-Unis, où la canicule s’étend jusqu’au Texas, des températures de 48 °C ont été relevées. La chaîne CNN rapportait hier que 94 millions d’Américains étaient couverts par une alerte de chaleur.

Ailleurs dans le monde, de l’Irlande au Moyen-Orient, plusieurs villes ont aussi enregistré des records jamais vus. En Écosse, le mercure a atteint 33,2 °C près de Glasgow le 28 juin.

En Arménie, le 2 juillet, le thermomètre a grimpé à 42 °C.

Mais c’est à Oman que la température la plus extrême a été observée, le 28 juin. La température à l’ombre a atteint 42,6 °C.