/lifestyle/food
Navigation

Charcuterie Boucher: une histoire de cretons

La Charcuterie Boucher est en activité depuis 1991

Herman Boucher et sa conjointe, Claire Bouchard
Photo courtoisie Herman Boucher et sa conjointe, Claire Bouchard

Coup d'oeil sur cet article

Enfant, Herman Boucher gravitait déjà dans le domaine de l’alimentation alors que son père possédait une épicerie-boucherie à Saint-Alexandre-de-Kamouraska, dans le Bas-Saint-Laurent. Sans trop le savoir, à la fin des années 80, ce dernier allait un jour dire quelque chose qui allait littéralement changer le cours de la vie d’Herman et de sa conjointe, Claire Bouchard.

« Les cretons étaient très populaires et nombreux étaient ceux qui venaient en chercher pour les revendre dans leur propre commerce. Monsieur Boucher avait alors dit que s’il n’était pas si vieux, il commercialiserait ses cretons. À partir de ce moment, l’idée de reprendre le commerce a germé dans la tête d’Herman, tout en décidant de laisser tomber l’épicerie », raconte Claire Bouchard.

Trois principaux produits

Au plus grand plaisir des amateurs, les célèbres cretons, dont la recette a célébré ses 60 ans en mai dernier, ont bien sûr été commercialisés tout comme le boudin et la saucisse, deux autres produits très appréciés.

Avec les années, se sont ajoutés de nombreux aliments tels que la tête fromagée, le pepperoni et le salami maison, la sauce à spaghetti, sans oublier le fameux filet de bohème.

« Le filet est en fait une longe de porc marinée, cuite et fumée. C’est un prêt à manger. En entrée, dans un sandwich, dans une salade : les possibilités sont grandes. Il y a même une boulangerie de Rivière-du-Loup qui nous achète des filets et en ajoute dans ses croissants au moment de la cuisson », précise Mme Bouchard, tout en se gardant de ne divulguer en aucun temps les ingrédients de cette recette secrète.

Une qualité recherchée

Depuis de nombreuses années, plusieurs produits se retrouvent sur la table de plusieurs restaurants et salles à manger de la région.

Nous n’avons qu’à penser, entre autres, au boudin. Fait à partir de sang de porc, d’épices et d’oignons, le boudin de la Charcuterie Boucher est plus délicat et raffiné.

« À la base, le sang de porc est un beau sang rouge. Très différent des autres sangs qui sont beaucoup plus noirs. On voit une réelle différence », explique Mme Bouchard.

La famille Boucher, qui propose également une épaule de jambon cuit et fumé sur place, peut fièrement se vanter de faire courir les foules, car nombreux sont ses clients qui proviennent d’un peu partout pour mettre la main sur ses produits, dont la qualité est depuis longtemps reconnue. Et dire que tout cela est parti d’une histoire de cretons.


♦ L’entreprise est située au 812, route 289, à Saint-Alexandre-de-Kamouraska. Elle est ouverte du lundi au vendredi de 8 h à 17 h.