/finance/opinion/columnists
Navigation

Revenu Québec suspend la chasse aux aînés

Coup d'oeil sur cet article

Quand un gouvernement ne sait plus quoi faire avec un dossier pour se sortir du pétrin, il fait quoi ? Il met sur pied un groupe de travail.

C’est ce que le gouvernement Couillard vient de faire pour calmer la colère des aînés à qui Revenu Québec a réclamé le remboursement du crédit d’impôt pour maintien à domicile sous prétexte que leur logement n’y est pas admissible, même s’il fait partie d’une résidence détenant la certification requise audit crédit. Les aînés en question se disent victimes d’une injustice fiscale.

La porte-parole de Revenu Québec, Geneviève Laurier, précise que ce groupe de travail est formé du ministère des Finances, du MSSS (ministère de la Santé et des Services sociaux) et de Revenu Québec.

« Il a été formé afin d’examiner des avenues de solutions à cette problématique. »

De plus, le gouvernement Couillard a suspendu la « chasse aux aînés » que menait depuis l’an passé Revenu Québec dans le cadre de cette vaste opération de récupération de sommes supposément versées en trop durant les années 2013 à 2017.

Répondant à une question du député caquiste François Bonnardel, le 29 mai dernier, le ministre des Finances et de Revenu Québec, Carlos Leitao, avait convenu que ces aînés avaient été victimes d’une confusion puisque leurs logements faisaient partie de résidences détenant la certification d’admissibilité au crédit d’impôt pour maintien à domicile.

Et qu’arrive-t-il maintenant des sommes d’argent qui ont été réclamées aux aînés victimes de l’opération fiscale de Revenu Québec ?

« Revenu Québec, indique sa porte-parole, poursuit l’analyse de chaque dossier afin de prendre la décision juste et appropriée, en toute équité. » Ça n’a rien donné jusqu’à présent. Aucune victime n’a revu la couleur de son argent, Revenu Québec rejetant les oppositions.

Sur le dos de Thérèse, 91 ans

Deux semaines après avoir coupé à Thérèse (91 ans) son crédit d’impôt pour maintien à domicile de 349,13 $ pour le mois d’avril parce qu’elle n’avait pu retourner chez elle à la suite de son hospitalisation, Revenu Québec est revenu à la charge (le 7 juin dernier) pour lui couper un montant additionnel de 362,60 $.

Quelle est la raison évoquée par Revenu Québec pour effectuer cette autre ponction fiscale sur le dos de la vulnérable Thérèse ? Durant les mois de février et de mars où Thérèse était hospitalisée pour fracture d’un bras et trouble cognitif, elle n’était pas à son logement et ne pouvait donc pas accéder aux services de maintien à domicile offerts par la résidence pour aînés.

C’est donc en raison de cette absence que Revenu Québec lui a coupé de moitié le crédit d’impôt versé pour les mois de février et mars derniers.

Bravo à Revenu Québec pour son implacable logique financière !

Quand on se demande comment le gouvernement Couillard a pu boucler l’exercice 2017-18 avec un surplus record de 4,7 milliards de dollars, disons-nous qu’une portion du surplus a été puisée sur le dos des aînés qui se sont fait couper le crédit d’impôt pour maintien à domicile.

En toute équité fiscale envers ces aînés, Philippe Couillard devrait ordonner le remboursement immédiat des sommes réclamées. Il en a le pouvoir et les moyens financiers !