/entertainment/comedy
Navigation

Le Grand Montréal comédie fest: dans les airs avec Martin Petit et Jean-Thomas Jobin

Vers 18h30, les humoristes Petit, Jobin, Didier Lambert et Nadine Massie ont suivi une petite formation en compagnie du pilote de l’hélicoptère TVA.
PHOTO DE MARTIN ALARIE Vers 18h30, les humoristes Petit, Jobin, Didier Lambert et Nadine Massie ont suivi une petite formation en compagnie du pilote de l’hélicoptère TVA.

Coup d'oeil sur cet article

Pour sa première édition, le Grand Montréal comédie fest s’était lancé un défi pour le moins inusité : utiliser des hélicoptères pour déplacer des humoristes entre trois villes, le même soir. L’idée, lancée bonnement par Martin Petit il y a plusieurs mois, s’est avérée un petit casse-tête de logistique.

Vendredi dernier, Le Journal a suivi, dans les airs et sur la route, Martin Petit et Jean-Thomas Jobin pour être témoin de leur parcours scénique, qui devait les mener coup sur coup dans les salles Le Zénith (Saint-Eustache), le Pavillon de l’Île (Châteauguay) et l’Olympia (Montréal) devant trois publics différents.

D’abord, avant même le début de la soirée, Martin Petit nous a expliqué que l’hélicoptère ne pourrait finalement pas ramasser les humoristes à Montréal, en raison de restrictions trop importantes sur l’île. Le trajet dans les airs ne se ferait que de Saint-Eustache à Châteauguay. Les autres déplacements devaient se faire sur la route.

Vers 18h30, les humoristes Petit, Jobin, Didier Lambert et Nadine Massie ont suivi une petite formation en compagnie du pilote de l’hélicoptère TVA.
Photo Raphaël Gendron-Martin

 

Formation

Vers 18h30, les humoristes Petit, Jobin, Didier Lambert et Nadine Massie ont suivi une petite formation en compagnie du pilote de l’hélicoptère TVA. Celui-ci leur a expliqué les procédures de déplacement aux abords de l’appareil. Pour un humoriste aussi grand que Martin Petit, il devait être très prudent avec l’hélice de l’hélicoptère s’il ne voulait pas en perdre la tête!

À 19h30, le spectacle au Zénith s’amorçait, avec Mélanie Couture et Maude Landry à l’animation. Martin et Jean-Thomas étaient les deux premiers invités de la soirée. Une fois leurs numéros terminés, ils se sont engouffrés rapidement dans un véhicule pour se rendre à l’hélicoptère. « Nous avons quatre minutes de retard! » a lancé l’un des coordonnateurs du festival.

Vers 20h10, les deux humoristes, et le représentant du Journal, ont monté à bord de l’hélicoptère. Du groupe, seul Martin Petit avait déjà volé, il y a plusieurs années. Le vol, tout en douceur, n’a pris que 12 minutes entre Saint-Eustache et Châteauguay. Bien impressionnant pour éviter le trafic!

Le temps est compté

Il n’y avait alors pas une minute à perdre, car l’appareil, une fois arrivé au Pavillon de l’île, devait immédiatement retourner à Saint-Eustache pour y ramasser Didier Lambert et Nadine Massie, qui devaient aussi aller jouer à Châteauguay. L’appareil ne pouvait pas décoller après que le soleil se soit couché, pour des raisons de sécurité.

Martin et Jean-Thomas sont arrivés à Châteauguay deux minutes avant le début du spectacle, animé par Étienne Dano à 20h30. Après une courte introduction, l’animateur a laissé la place aux deux humoristes qui ont livré le même numéro qu’à Saint-Eustache. Et une fois sortis de scène, la course contre-la-montre se poursuivait.

Défi réussi

Il était passé 21h et les deux humoristes devaient se rendre à toute vitesse à Montréal, où se déroulait le spectacle à l’Olympia, animé par Yannick de Martino et qui avait commencé à 20h. C’est sur le coup de 21h40 que le véhicule a laissé les deux humoristes, dans le stationnement à l’arrière de la salle. Arrivés dans les loges, ils n’ont eu que quelques minutes pour reprendre leur souffle, le temps que François Bellefeuille termine son numéro. Jean-Thomas est ensuite monté sur scène, aux environs de 21h55. Et Martin Petit a suivi, pour conclure la soirée.

Vers 22h15, la course folle était terminée. En moins de trois heures, Martin Petit et Jean-Thomas Jobin ont joué dans trois villes différentes, en périphérie de Montréal. Le défi de logistique en a-t-il valu la chandelle? À la fin de la soirée, les deux comiques étaient bien heureux de leur aventure. Reste à voir si le GMCF voudra répéter l’expérience l’an prochain.