/news
Navigation

Plafond qui craque: un septuagénaire à bout de nerfs

Coup d'oeil sur cet article

DONNACONA | Résident d'un logement à prix modique, Gérard Lesage en a assez. Il affirme vivre un véritable enfer en raison d'un craquement intense du plancher de son voisin du haut, au Gite des Pionniers à Donnacona.

Ça lui occasionne un stress continuel, alors que l'Office municipal d'habitation responsable de l'immeuble ne prévoit pas faire de travaux pour l'instant.

Le bruit constant du plafond qui craque le dérange et lui cause un stress intense depuis son déménagement en 2016.

«Je suis à bout, à bout de tout. Je n'ai plus de contrôle», se désole l'homme de 77 ans.

Le résident de l'immeuble de 20 logements a fait plusieurs démarches auprès de la direction de l'Office municipal d'habitation de Donnacona pour que les planchers soient rénovés. À chaque fois, ses plaintes ont été balayées du revers de la main.

«Ils ne feront rien. Rendu à l'âge que j'ai, je veux juste être tranquille. Je veux avoir la paix. Lorsqu'elle (la voisine du haut) est dans la cuisine, je l'entends. Quand elle s'en va dans son salon, je peux la suivre, même chose dans la chambre à coucher. La sienne est au-dessus de la mienne», énumère le principal intéressé.

Le stress est tel qu'il y a une semaine il a dû consulter un médecin d'urgence à Saint-Raymond. M. Lesage a développé de l'anxiété en lien avec ce problème.

«Il était quatre heures du matin, je n'étais plus capable de dormir, mon cœur battait rapidement, je suis allé à l'hôpital. Je faisais un début d'infarctus», se souvient Gérard Lesage.

En 2017, la direction de l'OMH lui a fait parvenir une lettre dans laquelle on peut entre autres lire: «Nous vous suggérons d'avoir toujours un bruit de fond (musique, télévision, radio, etc.) afin d'éviter de vous concentrer que sur les bruits qui vous dérangent... Dorénavant, nous vous demandons de ne plus nous en parler.»

Dans cet immeuble vieux de plusieurs décennies, les locataires reconnaissent le problème, mais peuvent vivre avec.

«Oui, ça craque, mais je suis capable de tolérer», mentionne une des locataires rencontrés par TVA Nouvelles à proximité du logement de M. Lesage.

«Il faut comprendre qu'on ne peut pas tout faire en même temps non plus, ils (l'OMH) marchent avec des enveloppes budgétaires», ajoute une locataire de l'immeuble voisin.

Selon les informations recueillies par TVA Nouvelles, des rénovations ont été apportées à des loyers du Gite des Pionniers, dont des changements d’armoires, des modifications de plomberie et des planchers retapés dans certains appartements, mais pas dans celui situé au-dessus de Gérard Lesage. La direction de l’OMH était injoignable dimanche afin de réagir à cette histoire.