/sports/tennis
Navigation

12 raisons pour lesquelles on aime Wimbledon

Décor bucolique avec les vignes le long des murs et les balcons en fleurs.
Photo Pierre Durocher Décor bucolique avec les vignes le long des murs et les balcons en fleurs.

Coup d'oeil sur cet article

WIMBLEDON | L’Angleterre vit son été le plus chaud et le plus sec depuis 1976. Ce n’est pas seulement au Québec que des records de température ont été battus.

Tout reste cependant au vert sur le site de Wimbledon. Au prestigieux All England Lawn Tennis and Croquet Club, la sécheresse n’a pas sa place.

Ici, on a l’impression que les joueurs et joueuses font la démonstration de leur talent dans un vaste jardin.

Il y a beaucoup d’espace pour circuler d’un terrain à l’autre.
Photo Pierre Durocher
Il y a beaucoup d’espace pour circuler d’un terrain à l’autre.

J’ai l’occasion de couvrir le tournoi de Wimbledon pour une deuxième année de suite et je suis émerveillé par la beauté ainsi que par le professionnalisme de l’organisation de ce tournoi qui en est à sa 132e présentation.

C’est la quintessence de ce qui peut se faire dans le monde du sport. Wimbledon est au tennis ce qu’Augusta est au golf. Lorsqu’un athlète triomphe dans ce temple du tennis, ça le suit pour le reste de sa vie.

C’était congé pour tout le monde hier à Wimbledon, comme le veut la tradition. Les matchs de huitièmes de finale auront lieu aujourd’hui, dont celui impliquant l’Ontarien Milos Raonic, 13e tête de série, contre l’Américain Mackenzie McDonald, 103e joueur mondial, sur le court numéro 12. On verra aussi chez les juniors en simple Leylah Annie Fernandez, une prometteuse joueuse lavalloise âgée de 15 ans.

J’ai profité de la pause dans le programme en ce dimanche pour vous livrer 12 raisons pour lesquelles le tournoi de Wimbledon est si apprécié de tous :

1. Ça sent l’histoire lorsqu’on pénètre dans l’immense site sur Church Road. Ce tournoi a été fondé en 1877. Il est le seul tournoi du grand chelem qui est organisé par un club privé. Vu de l’extérieur, le court principal est magnifique, avec ses vignes qui descendent le long des murs et ses balcons en fleurs. On dirait un sanctuaire.

2. Wimbledon est le seul tournoi majeur à se dérouler sur le gazon, ce qui procure une touche spéciale aux échanges sur les 18 courts. Lorsque le tournoi s’amorce, la pelouse est impeccable. Les employés font attention à ce gazon comme à la prunelle de leurs yeux. La surface est bichonnée avec amour par les jardiniers.

3. À Wimbledon, les joueurs sont obligés de porter une tenue toute blanche et je trouve cela parfait, car, après tout, on est dans un site mythique et unique au monde. On peut rappeler que Roger Federer avait dû changer ses chaussures en 2013 parce que les semelles étaient de couleur orange.

Une place choix sur la Henman Hill pour suivre les matchs sur un écran géant.
Photo Pierre Durocher
Une place choix sur la Henman Hill pour suivre les matchs sur un écran géant.

4. Les amateurs qui paient le gros prix pour assister aux matchs durant la quinzaine sont respectueux. On n’entend pas de spectateurs crier lors des pauses entre les points, comme c’est le cas aux Internationaux des États-Unis. On applaudit calmement. Le flegme britannique, ça existe vraiment.

5. Wimbledon est le royaume de Roger Federer, l’un des meilleurs joueurs de tous les temps et un gentilhomme par-dessus le marché. On a eu droit à des matchs mémorables de sa part sur la pelouse londonienne, comme cette fameuse bataille qui l’avait opposé à Rafael Nadal en 2008 et qui avait duré 4 heures et 48 minutes. Les plus vieux n’ont pas oublié non plus la finale d’anthologie entre Bjorn Borg et John McEnroe en 1980. C’est ici qu’a eu lieu le match le plus long de l’histoire, soit un duel entre Nicolas Mahut et John Isner, d’une durée de 11 heures et 5 minutes. Une plaque pour commémorer ce marathon a d’ailleurs été installée sur le mur de briques à l’entrée du court numéro 18.

6. Il y a beaucoup d’espace pour circuler d’un court à l’autre, contrairement au tournoi de Roland-Garros. C’est fort agréable pour les spectateurs, détenant un billet d’admission générale, de prendre place sur la pelouse de la Henman Hill afin de suivre les matchs sur un écran géant, tout en dégustant un verre de Pimm’s, cette boisson alcoolisée qui plaît tant aux Anglais. Les amateurs peuvent apporter leur lunch et leur bouteille de vin (ou encore deux cannettes de bière) sur le site.

7. C’est le seul tournoi où le site n’est pas défiguré par les nombreuses publicités. Pour les seules marques qui ont le droit d’être annoncées, ça se fait dans une pure discrétion.

Une visite à Wimbledon est incomplète sans déguster un bol de fraises arrosées de crème.
Photo Pierre Durocher
Une visite à Wimbledon est incomplète sans déguster un bol de fraises arrosées de crème.

8. Le tournoi se déroule dans le respect du voisinage et c’est ainsi que le dimanche avant le début de la deuxième semaine de compétition, c’est congé pour tout le monde. Aucun match n’est présenté, ce qui permet aux résidents de Wimbledon de profiter d’une journée sans avoir à vivre le chaos causé par les déplacements des 40 000 spectateurs dans les rues ceinturant le site historique.

9. C’est le seul tournoi où les gens font la file pendant des heures afin de pouvoir se procurer les derniers billets disponibles le matin des matchs. Certains installent même leur tente sur le trottoir de Church Road afin de s’assurer d’être les premiers à se mettre en file en vue de l’ouverture des guichets. Comme disent les Anglais, il y a juste ici qu’on voit des gens faire la file... pour se mettre en ligne !

10. Le court central, où une loge est réservée aux membres de la famille royale et à leurs invités, est doté d’un toit rétractable et le court numéro 1 sera lui aussi couvert d’un toit dès l’an prochain. Les travaux sont pratiquement terminés. Eugène Lapierre, directeur du tournoi de la Coupe Rogers, rêve de voir, de son vivant, un toit rétractable sur le court principal du parc Jarry.

11. On aime aussi, à Wimbledon, le fait qu’il n’y ait pas de matchs présentés en soirée. Ce qui nous permet d’aller casser la croûte dans la magnifique cité de Londres ou dans sa grande banlieue.

12. Enfin, on aime Wimbledon pour ses délicieuses frai­ses servies avec de la crème fraîche. Sans blague, ce sont les meilleures que j’aie jamais mangées.