/news/society
Navigation

De nouveaux robots pour les casse-croûtes

La propriétaire de Patate Plus Kathy Montreuil montre sa nouvelle borne menu. Pas question pour elle de supprimer des emplois comme d’autres le font, assure-t-elle.
Photo Stevens LeBlanc La propriétaire de Patate Plus Kathy Montreuil montre sa nouvelle borne menu. Pas question pour elle de supprimer des emplois comme d’autres le font, assure-t-elle.

Coup d'oeil sur cet article

Kathy Montreuil
 
48 ans | Restauration (en transformation)
 
Années d’expérience : 20 ans

Une propriétaire d’un casse-croûte de la Capitale-Nationale qui a vu son chiffre d’affaires bondir de 10 % grâce aux commandes en ligne mise à présent sur des bornes menu technos.

« Le but de la borne n’est pas d’avoir moins d’employés. C’est surtout d’optimiser », résume Kathy Montreuil, propriétaire du restaurant Patate Plus, à Val-Bélair.

Même si plusieurs experts disent que de nombreux postes en restauration sont en péril avec l’automatisation, Mme Montreuil est convaincue que la profession a de beaux jours devant elle parce que le « contact humain » primera toujours.

Comme les guichets

Cela n’empêche pas la propriétaire de Patate Plus d’entreprendre son virage techno à vitesse grand V en implantant une borne menu ultramoderne dans son restaurant revampé.

« On est à l’aube de cette ère-là. Peut-être que dans deux ou trois ans, on va dire : “Mon Dieu, le monde est rendu à l’aise avec la borne”, un peu comme les guichets », se dit-elle.

Mme Montreuil estime que les restaurants indépendants, comme le sien, n’ont pas le choix de s’adapter vite aux changements d’habitude des consommateurs.

« Si on veut passer au travers aujourd’hui, il faut “être tendance”. Il faut être en avant de la parade. De là, la commande en ligne, la borne, tout ça, c’est des éléments importants », explique la passionnée qui gère l’entreprise héritée de son père.

Succès en ligne

Il y a un an, Kathy Montreuil a ajouté sur son site web la possibilité de faire des commandes en ligne. La réponse a été excellente. Ses clients se sont mis non seulement à adopter son site, mais ils en ont profité pour faire gonfler leur facture.

« Avant la commande en ligne, je vendais moins de tarte au sucre parce que les caissières étaient dans le feu de l’action et ne proposaient pas nécessairement un dessert ou un breuvage », illustre-t-elle.

Aujourd’hui, sa PME de 65 employés ne pourrait plus s’en passer. Ses 11 livreurs sillonnent les rues pour répondre à la demande de clients qui boudent maintenant le téléphone au profit du web.

En plus, c’est une jeune entreprise québécoise, UEAT, qui a conçu le système de commande et les bornes de Patate Plus, une fierté pour son président Martin Lafrance. « On a du talent au Québec. On n’a pas besoin de quelqu’un d’ailleurs pour avoir du succès », conclut-il.