/news/transports
Navigation

Plus de 1 M$ récoltés par les radars photo en juin

Les «vaches à lait» du gouvernement ont repris leur erre d’aller au Québec

Le radar photo au coin du boulevard Charest et de l’avenue Saint-Sacrement est maintenant en service.
Photo Simon Clark Le radar photo au coin du boulevard Charest et de l’avenue Saint-Sacrement est maintenant en service.

Coup d'oeil sur cet article

L’émission de contraventions provenant des radars photo a véritablement repris son erre d’aller en juin, alors que plus de 1 M$ a été récupéré des poches des automobilistes, une première depuis le jugement qui avait paralysé le système en novembre 2016.

Le ministère des Transports l’avait promis, il a tenu parole. Les radars photo ont repris leur rythme de croisière.

En effet, les plus récents chiffres émis pour le mois de juin révèlent que l’État a récupéré plus de 1,1 M$ pour des excès de vitesse ou encore des feux rouges brûlés.

Ainsi, 7070 Québécois ont reçu un constat d’infraction émis par radar photo au cours du dernier mois.

Cela représente cinq fois plus de constats émis par rapport au mois de mars dernier, juste avant que le nouveau Code de la sécurité routière soit adopté.

En novembre 2016, le juge Serge Cimon avait paralysé le système des cinémomètres en disant que la preuve n’était basée sur « aucune valeur probante » et était donc illégale. La « vache à lait » de l’État, comme il était écrit dans la décision, venait donc d’être mise à mal.

Charest\Saint-Sacrement payant

Des 5 M$ mensuellement récoltés par les cinémomètres avant novembre 2016, la somme recueillie était passée à 95 270 $ en mai 2017. Avec 1,1 M$ récoltés en juin dernier, c’est donc la première fois depuis ce jugement que l’État franchit le seuil du million.

À Québec, le radar photo/feu rouge situé à l’angle du boulevard Charest et de l’avenue Saint-Sacrement a aussi commencé à rapporter des dividendes à l’État.

Après avoir flashé pendant des mois sans qu’aucun constat ne soit donné, l’appareil a émis 804 constats en juin, pour un total de 172 061 $. C’est 14 % de tous les constats produits par ce système au Québec dans le dernier mois.

Contestation possible

Bien que le compteur se soit remis à tourner, il n’est pas impossible que la nouvelle mouture du Code de la sécurité routière soit de nouveau déclarée invalide par les tribunaux. « La première fois aussi, c’était supposé être correct », rappelle Karl Hamel, président de Québec Ticket.

« Les avocats n’ont pas eu le temps de tester de quelle façon les tribunaux vont réagir », indique M. Hamel, tout en rappelant que l’impact ne sera pas connu avant un an.

Radars photo

Novembre 2016 (avant le jugement Cimon)

  • 41 721 constats
  • 5 390 260 $ d’amendes

Mai 2017

  • 309 constats
  • 95 270 $

Avril 2018

  • 1429 constats 
  • 294 165 $

Mai 2018

  • 4217 constats
  • 747 863 $

Juin 2018 

  • 7070 constats
  • 1 190 873 $

Radars photo/feux rouges coin Charest et Saint-Sacrement (à Québec)

Avant mai 2018 

  • 0 constat

Mai 2018

  • 337 constats
  • 89 680 $ d’amendes

Juin 2018

  • 804 constats
  • 172 061 $ d’amendes