/sports/soccer/impact
Navigation

Battu à plate couture

Amorphe, l’Impact est lessivé 3 à 0 par le New York City FC

Battu à plate couture
Photo Agence QMI, Greg M. Cooper

Coup d'oeil sur cet article

NEW YORK | La belle séquence de victoire de l’Impact s’est arrêtée à quatre à la suite d’un revers de 3 à 0 subi aux mains du New York City FC, mercredi soir.

Après avoir tourné autour du pot en première demie, les New-Yorkais ont finalement trouvé des solutions au retour de la pause en marquant deux fois en seulement cinq minutes.

Jesus Medina a profité des largesses défensives montréalaises pour se balader en haut de surface et décocher un tir qui a pris Evan Bush à contre-pied à l’heure de jeu.

Ben Sweat, du New York City FC, a gagné sa bataille contre Rod Fanni et Saphir Taïder, de l’Impact.
Photo USA Sports
Ben Sweat, du New York City FC, a gagné sa bataille contre Rod Fanni et Saphir Taïder, de l’Impact.

Cinq minutes plus tard, Medina a servi un centre impeccable à Ronald Matarrita, qui a eu le temps de contrôler avant de tirer dans la partie supérieure droite pour doubler l’avance des locaux.

Jonathan Lewis a ajouté le but d’assurance à la 75e minute.

« On a perdu contre une équipe qui était meilleure que nous dans l’ensemble du match », a soutenu Rémi Garde.

« On a essayé de résister, mais on avait peut-être un peu moins d’armes pour refaire ce qu’on a fait ces dernières semaines. »

Rotation

Après une belle séquence de quatre victoires, l’Impact devait confirmer son retour en forme en offrant une prestation solide contre une bonne équipe.

Rémi Garde a cependant choisi de faire tourner avec cinq joueurs qui n’étaient pas dans la formation partante samedi dernier pour éviter la fatigue.

« Malgré la série [de victoires], je ne m’attendais pas à gagner tous les matchs et je savais que celui-ci serait compliqué, y compris peut-être même en ayant laissé la même équipe », a expliqué Garde.

« Je l’avais fait à Chicago et on avait perdu à la dernière minute. On avait engrangé zéro point et beaucoup de fatigue pour le match qui arrivait. »

Garde avait insisté sur un point en début de semaine quand il était question de rotation et il a obtenu ce qu’il voulait de la part de ses hommes.

« L’état d’esprit collectif était important pour moi. Je ne voulais pas qu’on baisse de niveau sur ce plan et je n’ai pas été déçu. »

Moche

Passons rapidement sur la première demie qui était, comment dire, moche ? C’est le mot qui vient à l’esprit après avoir savouré l’affrontement de demi-finale entre l’Angleterre et la Croatie, quelques heures plus tôt.

L’Impact s’est essentiellement défendu contre une équipe qui a réussi à ne cadrer que deux tirs sur les onze tentés.

Pourtant, New York aurait bien pu ouvrir la marque dès la 7e minute quand Tommy McNamara s’est échappé entre Michael Petrasso et Victor Cabrera.

Il a chuté en s’accrochant les pieds dans les mains d’Evan Bush, mais comme il en trop mis, il a plutôt écopé d’un carton jaune pour simulation.

Ça va vite

Avec une formation passablement modifiée, l’Impact s’est retrouvé avec Raheem Edwards, Shamit Shome, Michael Petrasso et Victor Cabrera du côté droit.

New York a saisi la balle au bond et s’est attaqué au quatuor avec assiduité.

La soirée a été tout sauf facile pour le Bleu-blanc-noir dans ce couloir droit qui a été constamment débordé et pris de vitesse.

Evan Bush a aussi eu son mot à dire pour une rare fois depuis quelques semaines et s’est particulièrement illustré en seconde demie.

Rater le coche

Avec la rotation imposée par les nombreux matchs en juillet, Anthony Jackson-Hamel et Raheem Edwards ont obtenu un rare départ.

On peut dire que les deux ont raté le coche en n’offrant pas des prestations particulièrement reluisantes, étant d’ailleurs remplacés au même moment peu avant l’heure de jeu.

Jackson-Hamel ne s’est tout simplement pas assez impliqué pour avoir une influence sur la rencontre, ratant une autre belle occasion de se mettre en valeur.

Quant à Edwards, il a reçu un carton tôt dans la rencontre et n’a pas affiché assez de vitesse dans son couloir.

 

+
Bush
Malgré les trois buts accordés, il a été pas mal occupé puisque New York a décoché 23 tirs au cours du match. Il a réalisé quatre arrêts, dont quelques-uns assez remarquables.
-
Jackson-Hamel
L’attaquant québécois se voit comme un partant, mais quand il obtient un départ, il ne trouve pas la façon de s’imposer et joue parfois trop mollement pour affecter la défensive adverse.
3
0
New York
Gardien :
Sean Johnson.
Défenseurs :
Anton Tinnerholm, Sebastien Ibeagha, Alexander Callens, Ben Sweat.
Milieu :
Alexander Ring, Ebenezer Ofori, Jesus Medina, Maximiliano Moralez, Rodney Wallace.
Attaquant :
Thomas McNamara.
Montréal
Gardien :
Evan Bush.
Défenseurs :
Michael Petrasso, Rod Fanni, Víctor Cabrera, Jukka Raitala.
Milieu :
Shamit Shome, Samuel Piette (Ken Krolicki – 82’).
Attaquant :
Raheem Edwards (Daniel Lovitz – 59’), Anthony Jackson-Hamel (Alejandro Silva – 59’), Ignacio Piatti, Saphir Taïder.
But
NEW YORK CITY : Medina (60’), Matarrita (65’), Lewis (76’)
Cartons
NEW YORK CITY : McNamara (11’), Tinnerholm (21’) MONTRÉAL : Edwards (23’)
 
TIRS
ARRÊTS
NYC
8
0
MTL
0
5
 
POSSESSION
FAUTES
NYC
68,8 %
13
MTL
31,2 %
7
 
HORS-JEUX
COINS
NYC
1
6
MTL
2
1
 
NOMBRE DE PASSES
NOMBRE DE PASSES RÉUSSIES (%)
NYC
723
87,0 %
MTL
323
67,0 %

 

Sur le même sujet