/sports/hockey
Navigation

Les Coyotes, prêteurs sur gages de la LNH

Nashville Predators v Arizona Coyotes
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

L’acquisition du contrat de Marian Hossa est la dernière faveur en lice sur la liste des services financiers rendus par les Coyotes de l’Arizona aux autres équipes de la Ligue nationale hockey (LNH).

En acceptant d’inclure les 5,275 millions $ en salaire de Hossa dans leurs livres de comptabilité et en calculant les mouvements de contrats dans cet échange à sept joueurs, les Coyotes ont délesté les Blackhawks de Chicago de 4,65 millions $ sur leur masse salariale.

Par le passé, les Coyotes ont quelques fois agi comme facilitateurs dans ces situations, un peu comme le «pawn shop» qui achète vos biens usagés quand vous désirez faire un peu de place dans votre budget.

27 juin 2015 – CHRIS PRONGER

• Les Coyotes obtiennent Chris Pronger et Nick Grossman

• Les Flyers de Philadelphie obtiennent Sam Gagner et un choix de quatrième tour au repêchage (Otto Koivula)

Pour la première fois, les Coyotes s’adonnent à leur pratique salariale qui devient aujourd’hui leur marque de commerce, en quelque sorte. Fortement éprouvé par les symptômes de commotions cérébrales subies pendant sa carrière, Pronger n’était pas officiellement à la retraite, mais n’était plus en mesure de jouer et occupait un rôle au sein du département de la sécurité des joueurs de la LNH.

Reconnus pour ne pas assigner beaucoup de leurs dépenses à leur effectif sur la glace, les «Yotes» avaient pu atteindre le plancher salarial à l’époque grâce au 4,941 millions $ sur leur masse. Les Flyers avaient accepté de leur payer 500 000 $ de ce montant.

En aval, la formation de la Pennsylvanie avait utilisé cet argent disponible quand Jakub Voracek avait fait sauter la banque (contrat de huit ans et 66 millions $) et quand Sean Couturier avaient hérité de 25,98 millions $ pour six saisons. Les Flyers s’étaient aussi départis de Vincent Lecavalier et de Luke Schenn dans un échange à perte avec les Kings de Los Angeles en janvier 2016. À plus long terme, les Flyers ont aussi octroyé contrat de quatre ans à hauteur de 5,125 millions $ annuellement en juillet 2016 à Brayden Schenn. Ce dernier vient de connaître la meilleure saison de sa carrière, avec 28 buts et 70 points en 82 matchs... chez les Blues de St. Louis, qui l'ont acquis des Flyers cet été.

25 juin 2016 – PAVEL DATSYUK

• Les Coyotes obtiennent Pavel Datsyuk, choix de premier tour au repêchage (2016, Jakob Chychrun)

• Les Red Wings de Detroit obtiennent Joe Vitale, un choix de premier tour au repêchage (2016, Dennis Cholowski) et un choix de deuxième tour au repêchage (2016, Filip Hronek)

L’équipe du désert américain refait le coup, cette fois en plus gros. Datsyuk venait de jouer la dernière saison de sa carrière dans la LNH et allait prendre la direction de sa Russie natale, dans la Ligue continentale de hockey (KHL). Son impact sur la masse salariale des Coyotes : 7,5 millions $.

Comme les Flyers, les Wings ont pu agir presque sur-le-champ. Le directeur général Ken Holland avait attiré Frans Nielsen et Thomas Vanek sur le marché des joueurs autonomes à l’aide de contrats aux valeurs annuelles respectives de 5,25 millions $ et de 2,6 millions $. En outre, les Red Wings avaient également offert de belles prolongations de contrat au défenseur Danny DeKeyser et au gardien Petr Mrazek plus tard dans l’été. Aujourd'hui, Cholowski et Hronek sont leurs deux meilleurs espoirs à la ligne bleue.

25 août 2016 – DAVE BOLLAND

• Les Coyotes obtiennent Dave Bolland et Lawson Crouse

• Les Panthers de la Floride obtiennent un choix de deuxième tour au repêchage (2018) conditionnel de troisième tour au repêchage (2017, Max Gildon)

Deux mois après l’échange de Datsyuk, les Coyotes avaient encore une fois sauvé de l’argent à un de leurs ennemis quand ils avaient pris les 5,5 millions $ annuels de Dave Bolland, dont la carrière fut écourtée par des problèmes au dos et à une cheville.

Cette fois, la manœuvre avait forcé la LNH à s’expliquer et à rassurer les médias et amateurs craignant les abus d’une échappatoire dans la convention collective.

Les Panthers, un club qui comme les Coyotes ne roulait pas sur le l’or, a fait bon usage de la somme économisée. En septembre, l’attaquant québécois Jonathan Huberdeau s’entendait pour six ans et 5,9 millions $ par saison avec son équipe. Le club de Sunrise avait déjà fait ses acquisitions de joueurs autonomes en juillet (Jason Demers, James Reimer) et prolongé les contrats d’Aaron Ekblad (huit ans, 60 millions $ et de Vincent Trocheck (six ans, 28,5 millions $).

Les Panthers ont aussi acquis Vanek des Red Wings en mars 2017 à la date limite des transactions.

12 juillet 2018 – MARIAN HOSSA

• Les Coyotes obtiennent Marian Hossa, Vinnie Hinostroza, Jordan Oesterle et un choix de troisième tour au repêchage (2019)

• Les Blackhawks obtiennent Marcus Kruger, MacKenzie Entwistle, Jordan Maletta, Andrew Campbell et un choix de cinquième tour au repêchage (2019)

À l’été 2017, il avait été annoncé que Hossa ne disputerait pas la saison suivante à cause d’une rare maladie cutanée. Officieusement, cette nouvelle sonnait le glas de la grande carrière d’un des meilleurs joueurs slovaques de l’histoire, auteur de 525 buts et 1134 points et triple champion de la coupe Stanley dans l’uniforme des Blackhawks.

Les Hawks s’attristent certainement aujourd’hui du départ définitif du franc-tireur de 39 ans, mais en réalité, l’épargne réalisée fait assurément partie du plan du DG Stan Bowman pour remodeler une formation qui doit honorer les très, très lourds contrats dont sont titulaires les Patrick Kane, Jonathan Toews, Brandon Saad, Brent Seabrook et autres Duncan Keith – des contrats beaucoup trop lourds pour une équipe qui vient de rater les séries pour une première fois en 10 ans après deux éliminations précoces.