/news/politics
Navigation

La présidente sortante du Conseil Interculturel de Montréal veut être candidate pour le PQ

Marie-Aline Vadius
Photo courtoisie, UQAM Marie-Aline Vadius

Coup d'oeil sur cet article

L’ancienne présidente du Conseil interculturel de Montréal, Marie-Aline Vadius, tentera d’être candidate du Parti québécois dans la circonscription montréalaise de Laurier-Dorion, selon ce qu’a appris Le Journal.

Sa candidature pour l’investiture du parti dans cette circonscription serait la seule en lice pour le moment et devrait être officiellement annoncée au mois d’août.

Directrice adjointe d’un centre d’éducation pour adultes, le Centre Champagnat, Marie-Aline Vadius a auparavant œuvré dans le domaine communautaire.

Elle fait également partie du Groupe des Trente, un groupe d’ambassadeurs composé de jeunes professionnels de différentes communautés ethnoculturelles qui ont tous été membres de différents conseils d’administration.

«Pour moi, l’implication citoyenne c’est la meilleure façon de changer les choses», indique-t-elle.

Mme Vadius, qui réside dans le quartier du Plateau-Mont-Royal (en dehors de la circonscription de Laurier-Dorion), explique avoir choisi de porter les couleurs du PQ en raison du caractère plus social de sa plateforme électorale en mentionnant ses positions en matière d’éducation et de famille.

Lors de l’élection générale de 2014, le candidat péquiste Pierre Céré avait récolté 16 % des votes dans la circonscription de Laurier-Dorion et avait ainsi terminé en troisième position.

C’est le député libéral Gerry Sklavounos, qui siège maintenant comme indépendant après avoir été ciblé par des allégations d’agression sexuelle, qui avait remporté la circonscription en récoltant 46 % des voix.

Il avait ainsi devancé le candidat de Québec solidaire Andrés Fontecilla (27 % du vote).

Gerry Slkavounos a toutefois annoncé en mai dernier qu’il ne se représenterait pas. C’est son ancien bras droit, George Tsantrizos, qui portera plutôt les couleurs du Parti libéral lors du prochain scrutin qui devrait avoir lieu le 1er octobre prochain.

«Je n’ai regardé les statistiques. J’y vais pour mes convictions et parce que la plateforme du Parti québécois est celle qui représente le plus mes valeurs», affirme Mme Vadius qui espère faire mentir les sondeurs.