/weekend
Navigation

Comment être comme tout le monde!

Le Moule
Photo courtoisie Le moule
Stéphanie Gauthier
Québec Amérique, 186 pages

Coup d'oeil sur cet article

Chacun clame sa différence, mais ne cherchons-nous pas plutôt à entrer dans le moule ? C’est ce qu’explore l’amusant roman de Stéphanie Gauthier.

Le personnage central du roman Le Moule, troisième de Stéphanie Gauthier, s’appelle Claudia Dumontier et a un emploi bien particulier, qu’elle s’est inventé : coach en conformité sociale.

Son entrée en scène nous amène sans détour dans le vif du sujet, alors que Claudia reçoit une nouvelle cliente : une femme qui rêve d’être grand-mère comme ses amies alors que son fils est gai. Comment régler le problème ? se désespère-t-elle. Un problème, vraiment ? Est-ce une blague ou est-ce à prendre au premier degré ? nous demandons-nous de notre côté.

Heureusement, l’ambiguïté se dissipe rapidement : c’est bel et bien de l’ironie. Et elle restera présente tout au long de ce court roman, juste assez léger pour une lecture de chaude journée d’été, mais suffisamment consistant pour joliment épingler nos travers contemporains.

Claudia Dumontier, qui tient tant à être comme tout le monde et qui est prête à aider quiconque à en faire autant, est au fond le reflet de son époque. Elle a le look des professionnelles de son âge ; elle affiche son bonheur familial et conjugal à grands coups de photos sur les murs de son bureau et sur les réseaux sociaux ; elle demeure dans un quartier où les maisons sont absolument identiques et dont le mobilier se ressemble grandement...

Existence conforme

Elle est tellement persuadée que chacun en souhaite autant qu’elle en a même fait une philosophie de vie. « La vie est un grand four et nous sommes tous des cupcakes », c’est la devise qu’elle a mise au point et qui s’affiche dans son bureau, au-dessus d’une illustration dont la couverture du livre rend bien l’idée.

Comme coach, Claudia est par ailleurs d’une brutale franchise. Elle n’est pas une psychologue, elle veut des solutions faciles pour sa clientèle et elle les livre sans trop tourner autour du pot.

Évidemment, Claudia ne verra pas venir la rébellion de ses trois adolescentes, le mécontentement de certains de ses clients, ni la manipulation d’un jeune étudiant en psychologie, Maximien. Celui-ci, esprit libre et qui s’assume très bien ainsi, a en effet décidé de faire de la coach en conformité sociale, spécialité inusitée, son sujet d’étude. Pour ce faire, il devient son client.

Bref, dans les cinq semaines que dure le récit, Claudia devra de plus en plus faire face à des éléments qu’elle ne contrôle pas – notamment une amusante mise en boîte par l’animateur vedette d’une émission radio du matin lors d’une entrevue sur ses méthodes. Peu à peu, bien de ses certitudes – et les nôtres aussi en passant – seront écorchées.

Sans surprise, tout finira bien : normal, on est ici dans un roman qui n’a d’autre prétention que de nous faire sourire. Mais il y arrive de manière pas bête du tout, sans jamais nous ennuyer. Délicieux, comme un cupcake !