/travel/destinations
Navigation

Faire rimer vacances et écotourisme

Faire rimer vacances et écotourisme
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

C’est le temps des vacances, des longues balades en automobile et des randonnées en nature. Ce n’est pas une raison pour ne pas penser à préserver l’environnement. Voici quelques suggestions susceptibles de créer un véritable impact !

1. Avant de partir, on débarrasse son véhicule de tout ce qui l’alourdit et on vérifie la pression des pneus. Une voiture allégée consomme moins d’essence, tandis que des pneus trop gonflés ou pas assez font augmenter la consommation. Sur l’autoroute, on se souvient que rouler à 100 km/h au lieu de 120 km/h permet d’économiser 20 % d’essence. On opte donc pour les petites routes plutôt que les autoroutes. On limite également la climatisation qui participe au réchauffement climatique.

2. Dans nos bagages, on élimine tous les produits jetables (rasoirs, appareils photo, essuie-tout, vaisselle, etc.). On remplace les serviettes humides vendues en magasin par une débarbouillette humide que l’on glisse dans un contenant réutilisable. Même chose pour les crudités, sandwichs ou biscuits qu’on apporte. On opte pour la bouteille d’eau réutilisable. Si l’on a l’habitude d’acheter des cafés sur la route, on se procure une tasse avec couvercle et si l’on prévoit des pique-niques, on apporte sa vaisselle et ses ustensiles.

3. Si l’on réside plusieurs jours dans le même hôtel ou motel, on demande à garder les mêmes serviettes de bain et draps. Après tout, à la maison, on ne lave pas sa literie et ses serviettes tous les jours. Au moment du départ, on rapporte les produits d’accueil déjà ouverts (savon, shampoing, etc.).

En effet, à moins que ces derniers n’arborent le logo Clean the World, ou un autre du même type, ils seront jetés et contribueront à polluer la planète. Présent dans quelque 4000 hôtels à travers le monde (Canada, É.-U., Europe, Asie, etc.), l’organisme Clean The World, créé en Floride, collecte, trie et traite les produits d’hôtels utilisés pour les redistribuer à des organismes venant en aide aux personnes dans le besoin. Au Québec, avec l’appui de Recyc-Quebec (www.recyc-quebec.gouv.qc.ca), même les petites bouteilles sont stérilisées et réutilisées.

4. À la plage, on privilégie le lait solaire plutôt qu’une huile qui ne se dissout pas dans l’eau. Près des côtes, l’huile solaire forme un écran à la surface et ralentit la photosynthèse des végétaux sous-marins. De plus, on se souvient que la mer n’est pas une poubelle. Un simple petit sac de plastique peut être fatal aux tortues ou aux dauphins qui s’étouffent en croyant avaler une méduse. En bateau, on vidange les toilettes aux emplacements prévus (même chose en autocaravane) et, si l’on fait de la plongée, on prend garde de ne pas accrocher le corail avec ses palmes ou de marcher dessus. Bien entendu, on ne jette pas l’ancre sur un banc de corail.

5. Dans les parcs naturels, on respecte le balisage des sentiers et l’on évite de crier pour ne pas effrayer les animaux et pour ne pas déranger les autres visiteurs. On observe les animaux à distance raisonnable et on évite de les toucher ou de les nourrir. Modifier leur régime alimentaire peut leur être fatal. On ne cueille pas de plantes ou de fleurs et surtout, SURTOUT, on ne jette rien et on ramasse ses déchets.