/misc
Navigation

Pourvoiries de dernière minute

Profitez donc de ces belles opportunités en pourvoiries pour aller vous ressourcer durant vos vacances estivales.
Photo courtoisie Profitez donc de ces belles opportunités en pourvoiries pour aller vous ressourcer durant vos vacances estivales.

Coup d'oeil sur cet article

Dans moins d’une semaine, plusieurs centaines de milliers de Québécois bénéficieront d’une pause bien méritée.

Si vous faites partie de ceux qui ont déjà réservé un forfait chez l’un des 350 pourvoyeurs membres de la Fédération des pourvoiries du Québec, vous aurez certainement beaucoup de plaisir et d’agrément en nature.

Si toutefois vous n’avez encore rien planifié, sachez qu’il n’est pas trop tard.

Nombreuses possibilités

Je me suis récemment entretenu avec Vicky Boivin, responsable des communications de la FPQ. Je lui ai demandé de dresser une liste des pourvoiries et aubergistes de la forêt des quatre coins de la province disponibles à recevoir les lecteurs du Journal pendant les vacances de la construction.

Comme cette dame le soulignait : « Chaque région, chaque endroit offre une expérience différente et unique ». Après avoir contacté l’ensemble des intervenants dans le domaine, voici le résultat de ses recherches :

  • En périphérie de Montréal, les Laurentides sont sillonnées de multiples sentiers de randonnée et de plus de 135 lacs. À moins d’une heure de la métropole, Le Triolet propose une vue imprenable sur le Grand Lac Poisson Blanc. Pour un séjour authentique, la pourvoirie Michel St-Louis et celle du Lac Berval sont de véritables havres de paix. Dans les Hautes-Laurentides, le Fer à cheval promet des aventures mémorables.
  • Lanaudière est également synonyme de grand air et d’évasion à proximité de la ville ! La Pourvoirie St-Zénon suggère des forfaits de pêche inoubliables, les lacs y regorgent de belles truites mouchetées et arcs-en-ciel. Il y a aussi la Pourvoirie Kan-À-Mouche. Créée en 1945, elle a conservé son cachet historique des années 1950.
  • Avec son fameux slogan « En Mauricie, ça mord ici », la Mauricie se distingue par la variété d’espèces et d’activités offertes dans ses nombreuses pourvoiries. De plus, elle a trouvé une façon innovante de mettre en valeur les forfaits de dernière minute sur son site https://naturemauricie.com/petites-annonces-pourvoiries en offrant un minimum de 20 % de rabais. Sur le gigantesque lac St-Pierre, le Domaine du Lac St-Pierre propose de taquiner le doré, le brochet, l’achigan et le maskinongé. En Haute-Mauricie, le Domaine Desmarais offre une multitude d’activités complémentaires à la pêche, dont un module de jeu aquatique et la cueillette de produits forestiers.
  • À l’Ouest, les histoires mettant en vedette des poissons sont légendaires ! Des magnifiques vallées montagneuses de la Petite-Nation au Club de Chasse et Pêche de Ripon, en passant par la beauté sauvage du Pontiac au Domaine Cabonga, au Domaine Bitobi ou au Domaine du lac Bryson, l’expérience en Outaouais est hors du commun.
  • L’Abitibi-Témiscamingue est reconnue comme un paradis de la chasse et de la pêche. Le Pavillon du lac Berthelot permet d’explorer plusieurs plans d’eau, tandis que St-Cyr Royal offre un séjour de luxe en pleine nature.
  • Les grands espaces ne font qu’un au pays des géants ! La pourvoirie Chibougamau située au Saguenay – Lac-Saint-Jean est définitivement le royaume du doré et du brochet.
  • À plus de 700 km de Montréal, la Côte-Nord exhibe des horizons infinis et des paysages grandioses à couper le souffle. Bâtie sur une île, à l’embouchure de la rivière Corneille, la pourvoirie Corneille a toujours quelques places. L’équipe du Lac Cyprès offre des forfaits de pêche en plein cœur de la forêt boréale.
  • Pour une aventure unique au cœur de la nature vierge du Nord-du-Québec, Atunga et la pourvoirie Broadback sont en mesure de vous recevoir.

► Pour en savoir plus, visitez le site www.pourvoiries.com

 

De beaux lancers

À la pêche, il n’y a rien de plus facile que de catapulter un leurre. Malheureusement, la très grande majorité des amateurs se servent plus de leurs bras pour caster que de leur canne. Si l’on analyse leur élan, on voit qu’ils font un mouvement rapide afin de faire voyager leur perche sur un axe imagé de la position de 9 heures jusqu’à celle de 2 heures. Ce long mouvement des membres supérieurs permet de lancer l’offrande à moyenne distance. Idéalement, il faut débuter la motion à 11 heures puis basculer rapidement vers l’arrière jusqu’à 1 heure, attendre une fraction de seconde que le leurre fasse fléchir légèrement la tige vers l’arrière et lancer vers l’avant en freinant votre mouvement à la position de 11 heures. De cette façon, la canne travaillera pour vous en s’arquant et en frondant votre présentation beaucoup plus loin que vous n’auriez pu le faire autrement.

À éviter

La truite mouchetée a de très petites dents qui sont beaucoup moins intimidantes que celles d’un doré, ou d’un brochet. Il est totalement impossible qu’une truite puisse couper votre fil de pêche avec ses dents. Il n’y a donc aucune raison valable pour utiliser un bas de ligne métallique. De plus, ce dernier anéantira toute la subtilité de votre présentation. Si vous avez peur que votre fil vrille, optez plutôt pour des petits émerillons de qualité qui absorberont toutes les rotations engendrées par votre offrande.


► Je vous invite à me suivre sur Facebook.