/lifestyle/health
Navigation

La mayonnaise au banc d’essai

Coup d'oeil sur cet article

Après le ketchup, c’est au tour de la mayonnaise d’être sous la loupe. Utilisée en vinaigrette, en trempette ou en sauce, c’est un condiment pratique qui ajoute beaucoup de goût, particulièrement à nos sandwichs et nos salades. Qu’en est-il de sa valeur nutritive ? Quelles sont les meilleures options offertes au Québec ?

Notre analyse

Pour ce banc d’essai, une analyse de 23 différentes mayonnaises a été réalisée. La portion de référence a été fixée à 15 ml (1 c. à soupe).

Photo Fotolia

Chaque unité apporte :

  • Entre 15 et 100 calories
  • Entre 0 et 11 g de gras
  • Entre 0 et 2 g de sucres

 

Les meilleurs choix

Photo Chantal Poirier

Pour ce banc d’essai, le meilleur choix est la mayonnaise fraîche Cuisine Poirier. Non seulement elle est l’une des moins salées du lot avec seulement 50 mg de sodium par portion, mais elle présente également une liste d’ingrédients simple et épurée. On apprécie certainement l’absence d’additifs, dont l’usage est répandu parmi les différentes mayonnaises. Ses teneurs en calories et en gras se rapprochent des autres produits (90 calories et 11 g de gras par portion).

Photo Chantal Poirier

En deuxième position, on retrouve la sauce à salade de type mayonnaise de Compliments – Équilibre. Avec seulement 45 calories et 4,5 g de gras par portion, elle s’inscrit dans notre palmarès. De plus, son contenu en sodium est le plus faible parmi tous les choix, soit de seulement 10 mg. On aime bien ! Le seul bémol est au niveau de sa liste d’ingrédients, qui présente quelques additifs tels que de la gomme xanthane et du colorant.

Photo Chantal Poirier

La mayo (vraie mayonnaise) de Kraft se positionne en troisième grâce à sa faible teneur en sodium (70 mg). Aussi, sa liste d’ingrédients est plutôt épurée et ne contient qu’un seul additif : l’EDTA de calcium disodique, souvent utilisé pour conserver la saveur. Bien qu’elle soit relativement calorique (100 calories) et riche en gras (10 g), elle compte dans nos bons choix. Il suffit d’en prendre une portion modérée si l’on souhaite contrôler son apport calorique.

 

Les moins bons choix

Photo Chantal Poirier
Photo Chantal Poirier

Le moins bon rang revient à deux mayonnaises Miracle Whip. La première, soit la faible en calories (ou calorie-wise) est la plus salée de toutes avec 140 mg de sodium par portion. Il ne faut donc pas se laisser tenter par ses 30 calories et 2 g de gras qui paraissent fort attrayants. Sa liste d’ingrédients est la plus longue et renferme de nombreux additifs, ce qui n’est définitivement pas intéressant. La mayonnaise sans gras est la moins calorique (15 calories) et la moins grasse (0 g), mais elle contient aussi davantage de sodium (130 mg). Sa liste d’ingrédients est aussi remplie d’additifs, ce pour quoi on préfère l’éviter.

Photo Chantal Poirier
Photo Chantal Poirier

La sauce style mayonnaise avec ½ moins de gras Hellmann’s figure aussi dans nos moins bons choix. Même si elle ne contient que 40 calories et 4 g de gras, elle est plus salée (135 mg par portion). De plus, sa liste d’ingrédients est peu flatteuse avec plusieurs additifs. La version végane de la même marque est aussi plus salée (120 mg) que nos meilleurs choix.

Comment choisir « la bonne » huile

Photo Fotolia

Les différents types de mayonnaise disponibles sur le marché présentent des listes d’ingrédients renfermant une variété d’huiles. Que ce soit l’huile de canola, de soya, d’olive ou même de tournesol, il est parfois difficile de se retrouver et de faire le bon choix. On aime privilégier les huiles de canola ou d’olive qui sont reconnues comme sources de bons gras. Pourtant, même les mayonnaises affichant l’huile d’olive clairement dans leur nom ne sont pas constituées à 100 % d’huile d’olive. Pour être plus économiques, elles proposent un mariage d’huiles (canola, olive et soya). La présence de l’huile d’olive n’apporte alors que peu d’avantages.

La mayonnaise maison, une bonne idée ?

Avec la montée de la mayonnaise commerciale, les recettes maison ont perdu en popularité. Pourtant, il s’agit certainement de l’option la plus intéressante au niveau nutritionnel. La préparation est simple et il est facile de contrôler les ingrédients et les quantités (par exemple, le sel et l’huile). De cette façon, on évite également l’ajout d’additifs. Les amateurs de sauce piquante apprécieront aussi l’aïoli aux jalapenos Smoke Show. Invention montréalaise, cette sauce est composée d’huile de canola et de sirop d’érable, elle est relevée à souhait et rehausse à merveille nos plats estivaux. Avec 70 calories, 7 g de lipides et 60 mg de sodium, elle s’inscrit dans nos bons choix.


Merci à Laurence Viau, stagiaire en nutrition, pour sa précieuse collaboration