/24m/urbanlife
Navigation

Mères monoparentales: se reconstruire grâce à «Single MOMtreal»

Mères monoparentales: se reconstruire grâce à «Single MOMtreal»
TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Une Montréalaise a fondé bénévolement une association de mères monoparentale dans le but de créer une communauté qui s’entraide principalement par le biais des réseaux sociaux.

«J’ai moi-même déjà été une mère qui avait faim, sans argent et qui était enceinte. J’avais demandé de l’aide à des organismes qui m’ont beaucoup aidée. Et puis, j’ai décidé éventuellement à mon tour de créer une association qui allait venir en aide aux mères seules», raconte Nadia Wiseman, fondatrice de Single MOMtreal.

Mères monoparentales: se reconstruire grâce à «Single MOMtreal»
TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

«Je travaillais dans un milieu informatique que je n’aimais pas beaucoup. Et puis, le clic est venu dans ma tête. Je vais quitter mon emploi et créer un groupe au nom des mères célibataires à Montréal dans le besoin et qui veulent s’aider entre elles sur le web», ajoute-t-elle.

Avec plus de 1600 membres au sein de la communauté Facebook crée il y a près d’une année, l’association Single MOMtreal, un organisme sans but lucratif (OSBL), a pour mission de connecter les mères monoparentales en ligne et en personne.

Mères monoparentales: se reconstruire grâce à «Single MOMtreal»
TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

Ces femmes brisent l’isolement, partagent leur histoire, apportent du soutien aux mères célibataires démunies qui réclament des ressources et les aident même à se trouver un emploi. L’association a eu des échos jusqu’aux États-Unis, au point de devenir l’objet d’un article dans le célèbre magazine «TIME».

Recommencer à zéro

Barbara Saldana, récemment arrivée au Canada avec sa fille âgée de 20 mois, soutient que sans l’aide de ce regroupement de femmes, elle ignore comment elle aurait réussi à s’intégrer dans la métropole avec ses difficultés budgétaires.

Mères monoparentales: se reconstruire grâce à «Single MOMtreal»
TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

«Je suis Mexicaine et je suis arrivée toute seule avec ma fille ici au Canada. Être une mère célibataire dans la solitude, c’est difficile et encore plus dans un pays étranger. J’ai trouvé le groupe de Single MOMtreal sur Facebook et tout a changé pour moi», avoue Barbara Saldana.

«Cette communauté de mères monoparentales m’a donné beaucoup de support. J’écrivais mes besoins sur le groupe Facebook, et le lendemain, je recevais des fournitures, des meubles, des couches et des vêtements. C’était incroyable! J’ai surtout trouvé une nouvelle famille avec cette communauté de femme comme moi», ajoute-t-elle.

Aider ses semblables

Selon Tanya D'Amato, cofondatrice de Single MOMtreal, le succès de son organisme repose sur le fait qu’il est géré par des mères célibataires qui comprennent et qui veulent aider leurs semblables.

«Par exemple, l’autre jour, je suis venue en aide à une mère qui a perdu son appartement. Elle n’avait rien, mis à part ses deux garçons. J’ai mis une annonce sur le groupe Facebook de Single MOMtreal, et immédiatement, on a aménagé tout un appartement pour elle. Les mères célibataires se comprennent entre elles et veulent se soutenir», explique Mme D'Amato.

Cette dernière, qui est aussi une mère monoparentale, assure que leur organisme aide au minimum une dizaine de femmes dans le besoin chaque semaine à Montréal. Tout le travail au sein de l’organisme Single MOMtreal est fait bénévolement.