/finance
Navigation

Un peu de REM dans votre REER?

Coup d'oeil sur cet article

Les Québécois qui le désirent peuvent maintenant investir directement dans le Réseau express métropolitain (REM), le projet de train léger piloté par la Caisse de dépôt à Montréal.

Le gouvernement Couillard espère vendre pour 100 millions de dollars d’« obligations vertes » par l’entremise d’Épargne Placements Québec, qui relève du ministère des Finances.

« C’est en réponse à des demandes que nous avons reçues que nous avons décidé d’offrir ce nouveau produit », explique Audrey Cloutier, porte-parole du ministre des Finances, Carlos Leitao.

Ces obligations de cinq ans offrent un taux d’intérêt de 2,4 % par année, soit le même rendement que celui des obligations d’épargne traditionnelles de même durée.

Québec se dit prêt à accroître l’offre d’obligations vertes au-delà de 100 M$ si la demande le justifie. « On teste le marché », note Mme Cloutier.

Bon an mal an, il se vend pour environ 400 M$ d’obligations d’épargne du Québec. On ne sait pas encore si la demande pour les obligations vertes remplacera la demande pour les obligations d’épargne traditionnelles, ou si elle fera augmenter les ventes totales.

Le REM, qui coûtera plus de 6 G$, est principalement financé par la Caisse, mais aussi par le gouvernement du Québec et par Ottawa. La part de Québec est de 1,3 G$.

Les zinzins déjà dans le coup

Québec a commencé à émettre des obligations vertes l’an dernier, mais jusqu’ici, seuls les investisseurs institutionnels comme les caisses de retraite, les banques et les assureurs y avaient accès.

Les deux premières émissions, d’une valeur totale de 1 G$, ont servi à financer des travaux de rénovation du métro de Montréal, les nouvelles voitures Azur et des autobus hybrides.

Le gouvernement vient de conclure une troisième émission de 500 M$ qui servira entièrement à financer le REM. La demande des investisseurs était telle qu’on aurait pu en vendre pour 1,9 G$. Plus de 90 % des acheteurs avaient des « mandats verts ».

Comme d’autres émissions d’obligations vertes sont prévues au cours des prochains mois, il se pourrait bien que la part de Québec dans le REM soit entièrement financée par ce type de placement nouveau genre.