/entertainment/tv
Navigation

Betty Bonifassi parlera d’appropriation culturelle à Télé-Québec

Betty Bonifassi
Photo courtoisie, Télé-Québec Betty Bonifassi

Coup d'oeil sur cet article

Alors que la controverse entourant le spectacle SLĀV est toujours vive, Télé-Québec diffusera vendredi un épisode de Y’a du monde à messe dans lequel on voit Betty Bonifassi interpréter des chants d’esclaves et parler d’appropriation culturelle.

L’émission a été enregistrée le 27 mai dernier, soit un mois avant le début de la controverse de SLĀV au Théâtre du Nouveau Monde.

Betty Bonifassi était l’une des invités sur le plateau, ainsi que le comédien Vincent Graton, la journaliste Marie-Maude Denis, l’avocate Sophie Gagnon et l’ancien hockeyeur Stéphane Quintal.

Appropriation culturelle

Dans l’émission, que Le Journal a pu visionner, l’animateur Christian Bégin questionne la chanteuse à propos du fait qu’elle a récemment été taxée d’appropriation culturelle pour son projet sur les chants d’esclaves afro-américains.

« Quand j’ai fait mon premier album de chants d’esclaves, je l’ai sorti en 2014, dit-elle. J’en ai sorti deux [le second, Lomax, est paru en 2016]. On a fait toutes les critiques possibles sur mes albums, sur le travail que j’ai fait. Ça ne posait pas de problème. Mais du moment où je suis entrée au théâtre [avec SLĀV], c’était fini. »

« C’est quoi, je n’ai pas le droit de faire une tragédie grecque, parce que je ne suis pas grecque ? poursuit-elle. L’appropriation culturelle avait un sens en 1940 quand elle a été décrétée. En 1940, on se moquait des minorités aux États-Unis, qu’on spoliait et qu’on humiliait sur la place publique.

« Aujourd’hui, on n’est plus dans le même monde. On est dans un monde où j’ai des amis qui viennent de partout. Je n’ai pas appris six langues pour rien. J’ai envie de dire au monde que mes mentors à moi sont de couleur noire. »

En fin d’émission, elle a interprété la pièce Grizzly Bear, qui se trouve sur son album Lomax.

Susciter la réflexion

Du côté de Télé-Québec, on indique ne pas avoir hésité à diffuser cet épisode, malgré la controverse récente entourant Betty Bonifassi et le spectacle SLĀV.

« Que ce soit à travers Deux hommes en or, Les francs-tireurs ou Y’a du monde à messe, les émissions de Télé-Québec suscitent les discussions, les débats, la réflexion », mentionne Éliane Légaré, attachée de presse de Télé-Québec.


► L’émission Y’a du monde à messe sera diffusée vendredi, à 21 h, à Télé-Québec.