/news/currentevents
Navigation

Des heures d’angoisse pour les proches des pêcheurs

Les deux collègues qui ont sombré dans le lac Saint-Louis restent introuvables

Des parents et des amis des deux pêcheurs étaient réunis sur la berge de la marina de Melocheville dans l’espoir que les deux disparus soient retrouvés vivants.
Photo Vincent Larin Des parents et des amis des deux pêcheurs étaient réunis sur la berge de la marina de Melocheville dans l’espoir que les deux disparus soient retrouvés vivants.

Coup d'oeil sur cet article

Les proches de deux hommes disparus alors qu’ils pêchaient sur le lac Saint-Louis n’ont pas fermé l’œil de la nuit et sont restés sur la berge toute la journée, mardi, dans l’espoir de les revoir vivants.

Mathieu Dickner, 37 ans, et Olivier Thibert, 30 ans, deux collègues de l’entreprise de forage et de sciage de béton Formax de Beauharnois, manquent à l’appel depuis 22 h, lundi soir.

L’embarcation remorquée vers la rive après avoir été retrouvée vide et bosselée.
Photo Vincent Larin
L’embarcation remorquée vers la rive après avoir été retrouvée vide et bosselée.

C’est la conjointe de M. Dickner, Nancy Dubuc, qui a remarqué l’absence de ce dernier à son retour du travail. La mère de trois filles a composé le 9-1-1 sur-le-champ, puis s’est précipitée à la marina de Melocheville. Elle ne l’a pas quittée depuis.

Première sortie

« C’était sa première sortie de pêche sur ce lac », confie-t-elle, sous le choc.

L’embarcation des deux hommes a finalement été repêchée, vide et à la dérive, par la garde côtière, mardi matin, aux alentours de 2 h.

Le moteur manquant laisse croire qu’ils auraient chaviré.

« Leur patron a fait fermer la shop et a dit à tous les gars qui avaient des embarcations de venir aider aux recherches », a expliqué l’oncle d’un des deux disparus.

Les plongeurs de la Sûreté du Québec, la garde côtière et les nombreux bénévoles qui se sont mobilisés ont arpenté le plan d’eau et ratissé les berges toute la nuit et toute la journée durant, pour retrouver la trace des deux amis.

Pêcheur expérimenté

Mais plus les heures passent, plus les espoirs s’amenuisent pour les dizaines de proches des deux hommes, venus assister aux recherches. Plusieurs d’entre eux se rassemblaient autour des enquêteurs qui venaient annoncer au compte-gouttes l’avancement des recherches.

Dès que j’ai su ce qui s’était passé, je suis venue direct », a raconté la belle-mère de Mathieu Dickner, Valérie Dubuc.

Même chose pour plusieurs proches d’Olivier Thibert, dont sa mère, Isabelle Tardif, qui s’explique mal les raisons de cette tragédie.

« Olivier, c’était vraiment un pêcheur expérimenté. On peut dire qu’il était né avec la canne à pêche dans les mains. Je vais rester ici jusqu’à ce qu’ils le retrouvent. »

Chaloupe en cadeau

Selon le frère de Mme Tardif, Normand, son neveu prenait toutefois des risques en allant pêcher près du barrage de Pointe-des-Cascades, où le courant est particulièrement fort.

Les membres de la famille de M. Thibert n’ont pu retenir leurs larmes lorsque l’embarcation où prenaient place les deux hommes a été remorquée en fin d’après-midi.

« La chaloupe que tu lui avais donnée en cadeau », a murmuré Normand Tardif à sa sœur.


► Sans compter ces disparitions, pas moins de 30 personnes ont perdu la vie sur des plans d’eau au Québec depuis le début de 2018, comparativement à 27 à pareille date l’an dernier, selon la Société québécoise de sauvetage.