/news/currentevents
Navigation

Une infirmière lui permet de vivre son rêve

Un homme en phase terminale fait un tour de Lincoln

Guy Labelle, en compagnie de son fils Roch et de l’infirmière Guylaine Therrien, à son arrivée au restaurant de Gatineau, où étaient réunis plusieurs membres de sa famille.
Photo collaboration spéciale, Allison Ouellet Guy Labelle, en compagnie de son fils Roch et de l’infirmière Guylaine Therrien, à son arrivée au restaurant de Gatineau, où étaient réunis plusieurs membres de sa famille.

Coup d'oeil sur cet article

GATINEAU | Un octogénaire en fin de vie a réalisé son rêve de monter à bord d’une voiture Lincoln grâce au dévouement du personnel infirmier de l’hôpital de Hull.

Guy Labelle a quitté son lit des soins palliatifs mardi alors qu’une voiture de marque Lincoln l’attendait devant l’hôpital.

Assis dans le siège passager, l’homme de 83 ans en phase terminale a pu faire une longue balade dans les rues de Gatineau. Il a ainsi réalisé un vieux rêve qu’il chérissait depuis plusieurs années.

« Depuis que j’ai 10 ans que je vois passer ces belles voitures sur la route. Dans mon temps, personne n’avait les moyens de se payer ça, c’était trop cher. C’est incroyable », dit l’homme qui souffre d’hypertension pulmonaire.

Une infirmière dévouée

Depuis son admission à l’hôpital, l’homme s’est lié d’amitié avec le personnel infirmier des soins palliatifs, dont Guylaine Therrien.

C’est en discutant avec son patient que l’infirmière a appris son rêve.

« Il me parlait des voitures Lincoln et il en avait des frissons. Il était émerveillé. Il me disait qu’il aurait tant aimé posséder cette voiture avant de mourir », raconte l’infirmière.

Déterminée à lui faire vivre une journée mémorable, Mme Therrien a contacté la compagnie de location de véhicules Enterprise qui a accepté d’en prêter une.

Comme l’octogénaire avait annulé son permis de conduire l’an dernier, car il jugeait qu’il était devenu dangereux pour les autres usagers de la route, un chauffeur privé l’accompagnait dans sa balade.

Six bonbonnes d’oxygène

Cette journée a nécessité plusieurs efforts logistiques. Affaibli par la maladie, Guy Labelle doit recevoir de l’oxygène en permanence.

Deux infirmières, dont Guylaine Therrien, suivaient donc la voiture avec six bonbonnes d’oxygène.

« On a tout calculé pour s’assurer que tout se passe bien. La médecine ne peut plus rien pour lui, mais on pouvait bien lui offrir ça », mentionne l’infirmière.

Guy Labelle a même pu bénéficier d’un repas avec toute sa famille qui lui réservait une surprise dans un restaurant de Gatineau.

Un moment rempli d’émotions qui a fait craquer l’homme.

« C’est vraiment la meilleure infirmière à l’hôpital. Je comprends maintenant pourquoi elle venait toujours dans ma chambre pour me questionner. Ça ne paraissait pas qu’elle était pour faire quelque chose d’aussi extraordinaire », de dire l’homme.

– Avec la collaboration d’Allison Ouellet