/sports/huntfish
Navigation

À l’assaut du fleuve en planche à pagaie

Oxygene
Photo courtoisie, KSF & Espace NAVI Berceau du SUP au pays, Montréal offre un plan d’eau aux défis variés qui plaît autant aux amateurs de sensations fortes qu’aux planchistes plus contemplatifs. Par son grand volume d’eau, le fleuve près de la métropole serait l’endroit idéal pour s’initier à la planche à pagaie en eau vive.

Coup d'oeil sur cet article

Montréal est plus ou moins le berceau de la planche à pagaie au pays. L’innovation d’origine hawaïenne rapatriée par l’entreprise KSF en 2007 a depuis été déclinée en moult activités, charmant les sportifs. Après le SUP (Stand Up Paddleboard) yoga et ses dérivés, si on revenait à ses sources ? Initiation au surf avec pagaie dans la métropole.

Un peu plus loin, les rapides de Lachine grondent. S’étend devant nous le bassin La Prairie du fleuve Saint-Laurent. Et à nos pieds, une planche de bonne taille (11 pieds), mais rien de plus.

« Le fleuve est l’endroit idéal pour s’initier à la planche à pagaie en eau vive, explique Mathieu Lafrance, instructeur et coordonnateur à KSF et Espace NAVI. Il y a toujours beaucoup d’eau. »

Le débit moyen est de 10 000 mètres cubes par seconde, insistera-t-il, comme si cette information était en soi rassurante.

« Si on tombe, on n’a pas à se soucier d’entrer en contact avec des roches ou autres débris en profondeur, précise Mathieu Lafrance. C’est ça, le réel danger en paddle, si on ne connaît pas bien les plans d’eau. »

Quant au courant, l’autre bête à apprivoiser, mon guide est là pour me le présenter. Bien entendu, il n’est pas question d’aller rejoindre les rapides en amont. Plutôt, direction l’île Rock.

Voir Montréal de sa planche

Bien que mon expérience (unique) sur la planche date d’au moins trois ans, je me risque à sauter tout de suite à l’étape en eau vive afin de faire connaissance avec l’aspect plus sportif de cette activité nautique dont la popularité a pris des allures de raz-de-marée dans les cinq dernières années.

Après tout, tant qu’on possède un sens de l’équilibre pas trop handicapant et qu’on jouit d’une bonne forme physique, l’initiation à la planche à pagaie est plutôt aisée en eau calme. « C’est plus accessible que l’on croit », confirme Mathieu Lafrance.

Vrai que mon coup de pagaie n’est pas très efficace et que ma maîtrise de la gîte ou de celle du pivot n’est pas bien convaincante, mais j’avance, et l’appui stable de mes jambes me garde au sec.

« Aujourd’hui, il n’y a pas de vent, ça aide », dit mon instructeur. On progresse donc tranquillement vers l’île Rock dans une sortie plutôt contemplative où le centre-ville se donne en spectacle derrière nous.

L’attrait d’une séance de yoga ou d’un entraînement musculaire sur l’eau en SUP me semble évident. Un plein de nature, une vague de zénitude et un effort supplémentaire de proprioception, de maintien de la ceinture abdominale et d’équilibre en bonus... difficile de faire plus efficace ! Or, j’ai signé pour troquer le calme contre un peu plus de sensations fortes ce matin...

En eau vive

« Les trois mots clé sont l’angle, la vitesse et la gîte », fait remarquer Mathieu, alors qu’on arrive au courant entourant l’île Rock. Au sud, la profondeur n’est pas suffisante, rendant la pratique dangereuse. On attaquera ainsi le courant et ses vagues de sa portion nord-ouest.

« Là, il y a une petite vague stationnaire d’environ six pouces », pointe Mathieu avant de faire une démonstration. On est loin des murs de six pieds que les surfeurs en herbe attaquent dans l’océan, mais la puissance du courant demeure intimidante. Or, le pire qui peut arriver – et qui forcément arrivera, prévient mon instructeur – c’est que je tombe. Par chance, rien ne rendra la chute pénible ou douloureuse, et une fois à l’eau, il est plutôt aisé de remonter sur sa planche (contrairement au kayak, par exemple).

Je me répète les consignes de mon guide : attaquer le courant de façon parallèle, à bonne vitesse, en gîtant afin de lui présenter le dessous de ma planche d’abord. Eh bien ! Je suis entrée de façon trop timide dans le courant... et j’ai chuté. Je m’y suis présentée perpendiculairement... et j’ai chuté. Puis j’ai aussi tombé, et retombé, pour des raisons qui m’étaient tout à fait inconnues, et même qu’une fois je ne suis pas tombée, ce qui m’est apparu encore plus incompréhensible. Si j’ai surfé ? Pas une seconde, mais j’ai découvert le plaisir qu’on peut avoir à apprivoiser les remous du fleuve, une tentative à la fois.

► Renseignements pour l’initiation : www.ksf.ca et www.espacenavi.ca

Le SUP « expert »

Amateur de sensations fortes, Pierre-Philippe Loiselle représente bien toutes les possibilités qu’on peut développer les deux pieds sur une planche, pagaie en mains, si on ne craint pas de quitter les eaux calmes.
Photo courtoisie, Mike Hitelman
Amateur de sensations fortes, Pierre-Philippe Loiselle représente bien toutes les possibilités qu’on peut développer les deux pieds sur une planche, pagaie en mains, si on ne craint pas de quitter les eaux calmes.

« Debout sur notre planche, on peut faire une bien meilleure lecture des vagues, et la pagaie, en plus d’être un outil puissant pour se déplacer où l’on souhaite sur les plans d’eau, offre un large inventaire de manœuvres sur la planche », dit Pierre-Philippe Loiselle, 32 ans.

Des sports extrêmes (patins sur rampes, parkour, surf), l’adepte et instructeur de SUP incarne bien les possibilités moins « contemplatives » de la planche à pagaie. Le Montréalais s’intéresse aussi à la compétition en eau calme, « où on doit pagayer en malade ». Le dimanche 5 août, il sera de l’épreuve de SUP au Challenge d’Outrigger du Grand Montréal (GMOC), puis, les 11 et 12 août, il participera au Montréal SUP FEST dans les épreuves en eau vive.

« À Montréal, on a des sites exceptionnels pour pratiquer la planche à pagaie, dit Pierre-Philippe Loiselle. Autour de l’île Rock, par exemple, on peut faire un peu de tout... et puis il y a tout près les rapides de Lachine, un des rapides les plus puissants au monde. »

► montrealoutriggerchallenge.com/

SUP FEST

Les 11 et 12 août, autant les curieux que les experts en planche à pagaie se donnent rendez-vous au Mtl Sup Fest.
Photo courtoisie, Mike Hitelman
Les 11 et 12 août, autant les curieux que les experts en planche à pagaie se donnent rendez-vous au Mtl Sup Fest.

Envie de vous baigner dans une ambiance SUP pendant deux jours ? Rendez-vous au MTL SUP FEST les 11 et 12 août, lors duquel des séances d’initiation seront offertes pour les sportifs de tous niveaux et de tous âges.

► Renseignements : www.mtlsupfest.com