/news/politics
Navigation

Remaniement à saveur électorale pour Justin Trudeau

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | À un peu plus d’un an des élections, Justin Trudeau a procédé à son plus important remaniement ministériel pour faire face à des adversaires conservateurs tant au sein du Canada qu’aux États-Unis.

Au total, 16 députés ont de nouvelles fonctions, dont cinq qui deviennent ministres. De ce nombre, on retrouve un nouveau Québécois, tandis que Mélanie Joly est la seule à être rétrogradée.

« Nous reconnaissons que le ton est en train de changer à travers le pays avec différentes élections provinciales », a concédé le premier ministre en point de presse à Rideau Hall.

Justin Trudeau s’est donc départi des Affaires intergouvernementales pour les confier à un ministre dédié, le député néo-brunswickois Dominic LeBlanc.

Cette initiative survient alors que le progressiste-conservateur Doug Ford a pris les commandes en Ontario, refusant déjà de collaborer avec le fédéral dans les dossiers de la taxe carbone et des demandeurs d’asile. Au Québec et en Alberta, la Coalition avenir Québec et le Parti conservateur uni sont respectivement en tête des sondages.

Mieux tenir tête à Trump

Voulant aussi se distancer économiquement des États-Unis de Donald Trump, Justin Trudeau a annoncé la création d’un poste de ministre de la Diversification du commerce international qu’il a octroyé à Jim Carr.

L’ancien ministre des Pêches et Océans a qualifié la relation avec les Américains de « difficile et parfois imprévisible », tout en insistant sur la nécessité de se tourner vers l’Asie et l’Amérique du Sud.

Parmi ceux qui obtiennent une promotion, Bill Blair, le secrétaire parlementaire de la ministre de la Justice, devient ministre de la Sécurité frontalière et de la Réduction du crime organisé. Il dirigera le dossier des migrants, qui ne relèvera plus du ministre de l’Immigration, Ahmed Hussen.

Bien que l’immense majorité des 31 000 demandeurs d’asile qui ont franchi la frontière canadienne de manière irrégulière depuis l’an dernier l’ont fait au Québec, M. Blair, tout comme M. Hussen, ne parle pas français.

Tant le nouveau ministre que le premier ministre ont fait peu de cas de cet enjeu.

« On travaille très bien avec le gouvernement à Québec », a affirmé Justin Trudeau.

Mélanie Joly « très fière »

La rétrogradation de Mélanie Joly, critiquée tout au long de la dernière année pour sa gestion difficile du dossier Netflix, aura profité à Pablo Rodriguez, un autre élu montréalais.

Celle qui devient la ministre du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie, un poste beaucoup moins stratégique au sein du cabinet Trudeau, a toutefois refusé de parler de rétrogradation, se disant plutôt « très fière » de son bilan au Patrimoine.

Dans les rangs de l’opposition, les conservateurs ont perçu le remaniement comme un « aveu d’échec », tandis que les néo-démocrates ont dénoncé un « exercice de relations publiques ».

De Nouveaux postes

Dominic LeBlanc

Affaires interprovinciales

Photo Christopher Nardi

L’expérimenté député et ami personnel de Justin Trudeau aura la responsabilité de gérer les relations avec les provinces, qui risquent de se compliquer davantage à l’avenir. Dans ce contexte explosif, M. LeBlanc risque d’agir comme paratonnerre pour protéger l’image du premier ministre Trudeau. Philippe Couillard s’est d’ailleurs réjoui, mercredi, de l’arrivée à Ottawa d’un interlocuteur principal.


Jim Carr

Diversification du commerce international

Photo Christopher Nardi

L’ancien ministre des Ressources naturelles ne s’est pas avéré le meilleur porte-parole du gouvernement dans le dossier Trans Mountain.

« En Alberta, on avait l’impression qu’il répétait toujours la même cassette », explique le professeur Boily.

Ce dernier estime que les « talents » de M. Carr seront mieux mis en valeur dans un rôle à l’international.


Amarjeet Sohi

Ressources naturelles

Photo Christopher Nardi

Le premier ministre Trudeau confie la gestion de l’épineux dossier du pipeline Trans Mountain à un député de l’Alberta. « M. Sohi est un porte-parole plus local qui donne de la crédibilité au gouvernement » dans ce dossier, soutient le chercheur. Cette nomination est une réplique aux conservateurs d’Andrew Scheer, qui accusent les libéraux d’ignorer les besoins de l’Alberta.


François-Philippe Champagne

Infrastructure et Collectivités

Photo Christopher Nardi

Bon communicateur, le député de la Mauricie aura la responsabilité de donner un nouvel élan à la promesse libérale d’investir des milliards en infrastructure, un engagement qui piétine. Le bilinguisme de M. Champagne sera sans doute apprécié au Québec où les investissements fédéraux dans les infrastructures tardent à se réaliser.

De nouveaux ministres

Pablo Rodriguez

Patrimoine canadien et multiculturalisme

Photo Christopher Nardi

Le vétéran député montréalais hérite d’un ministère à saveur identitaire, un enjeu important au Québec, souligne le professeur de l’Université de l’Alberta, Frédéric Boily. Il n’est donc pas étonnant que Justin Trudeau ait décidé d’offrir ce portefeuille à un Québécois, croit l’expert. M. Rodriguez aura aussi probablement la tâche d’épauler le nouveau ministre responsable de la Sécurité à la frontière, l’Ontarien unilingue Bill Blair.


Bill Blair

Sécurité frontalière et Réduction du crime organisé

Photo Christopher Nardi

Justin Trudeau a choisi cet ancien chef de police de la Ville de Toronto pour « démontrer à l’électorat de l’Ontario qu’il prend au sérieux » le dossier de la sécurité aux frontières, croit le professeur Boily. Cette nomination est une réponse directe aux attaques constantes des conservateurs – tant provinciaux que fédéraux – qui accusent les libéraux de ne pas en faire assez en la matière.


Filomena Tassi

Aînés

Photo Christopher Nardi

Justin Trudeau a profité du remaniement pour ressusciter le ministère des Aînés. Et ce n’est pas un hasard, croit Frédéric Boily. Car si les jeunes ont joué un grand rôle dans l’élection des libéraux de Justin Trudeau en 2015, « l’appui des électeurs plus âgés », souvent plus enclins à voter pour les conservateurs, pourrait être déterminant en 2019 pour assurer leur réélection, croit M. Boily.

Une Rétrogradation

Mélanie Joly

Tourisme, Langues officielles et Francophonie
 
Photo Christopher Nardi

L’élue encaisse la seule véritable rétrogradation du remaniement, souligne M. Boily. « Elle n’a pas démontré les capacités de communication qu’on attendait d’elle à Patrimoine canadien, explique l’expert. On a besoin d’un ministre plus solide pour mener des dossiers comme celui de Netflix. Mme Joly n’arrivait plus à remplir adéquatement la tâche. »

D’autres changements de poste

  • Mary Ng fait son entrée comme ministre de la Petite Entreprise et de la Promotion des exportations
  • Jonathan Wilkinson devient ministre des Pêches, des Océans et de la Garde Côtière canadienne
  • Carla Qualtrough, ministre des Services publics et de l’Approvisionnement, se voit ajouter le dossier de l’accessibilité
  • Le ministère de Carolyn Bennett change de nom. Elle est maintenant ministre des Relations Couronne-Autochtones
  • Scott Brison, président du Conseil du Trésor, devient aussi ministre du Gouvernement numérique
  • Marie-Claude Bibeau conserve uniquement le titre de ministre du Développement international
  • Kirsty Duncan conserve uniquement le titre de ministre des Sciences et des Sports
  • Bardish Chagger conserve uniquement le titre de leader du gouvernement à la Chambre des communes