/finance/business
Navigation

Premier camion de déménagement 100 % électrique au Canada

Sa «plaque verte» va lui permettre de passer sur le pont de l’A-25 gratuitement

Camion électrique
Photo Chantal Poirier Le président-directeur général de Nordresa, Sylvain Castonguay, est allé remettre en personne les clés du premier camion de déménagement 100 % électrique au pays au grand patron de Déménagement Myette, Julien Myette, hier après-midi, à Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

La PME québécoise de Laval Nordresa a livré hier après-midi le tout premier camion de déménagement 100 % électrique au pays à l’entreprise Déménagement Myette de Montréal.

« À ma connaissance, on est les premiers à faire un camion de déménagement électrique au Canada. C’est sûr qu’on est aussi parmi les premiers au monde », lance avec fierté le PDG de Nordresa, Sylvain Castonguay.

En plus d’avoir un système électrique développé par la société de Laval, le fourgon du camion est fabriqué par Fourgons Leclair, une PME de Terrebonne.

Avec son nouveau camion 100 % électrique, le PDG de Déménagement Myette, Julien Myette, veut se distinguer de la concurrence en mettant de l’avant son côté écolo.

« En plus de limiter l’émission de gaz à effet de serre et le bruit dans notre belle ville, nous offrons des conditions de travail et une conduite incomparable à nos chauffeurs », dit-il.

Symbole fort

Cette première vente au pays est un symbole fort pour le grand patron de Nordresa, Sylvain Castonguay, qui a l’habitude de vendre ses camions du côté américain. Jusqu’à présent, plus de 90 % de ceux-ci ont trouvé preneur là-bas.

Avec son client Isuzu Motors, l’entreprise lavalloise teste ses camions en Arizona.

Ses démonstrateurs seront sur les routes l’automne prochain en Californie, comme à Chicago ou à New York.

Elle a aussi travaillé avec Ford sur un camion de transport de colis.

Chaque année, environ 400 000 camions de ce type sont vendus en Amérique du Nord, selon le propriétaire de Nordresa, un marché qui fait saliver Sylvain Castonguay.

« Dès qu’une personne fait 20 000 kilomètres par année et plus, la solution électrique est moins chère que la solution thermique », assure-t-il, préférant cependant ne pas dévoiler le prix de son véhicule.

Longueur d’avance

Incitatifs à l’achat, bornes, projets d’autobus... Sylvain Castonguay estime que le Québec se débrouille mieux que l’Europe en électrification, mais qu’il n’est pas encore le leader dans la filière du transport des marchandises propres.

À ce sujet, quand on rappelle au dirigeant de Nordresa qu’un autre joueur québécois espère lui aussi conquérir ce marché, Sylvain Castonguay se montre optimiste.

« La distinction entre nous et La Compagnie Électrique Lion, c’est que nous, on met des véhicules sur la route maintenant. On a les camions qui sont “plaqués” et testés par des clients », conclut-il.