/news/society
Navigation

Vacances de la construction: une majorité de Québécois veut voyager dans la Belle Province

tourisme
Photo d'archives Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | Une majorité de Québécois entend voyager dans la Belle Province pendant les vacances de la construction, révèle un sondage du ministère du Tourisme portant sur les intentions de voyage du 21 juillet au 5 août.

Près d’un Québécois sur deux, soit 47 %, prévoit séjourner au moins une nuit hors de la maison. Parmi ceux-ci, plus d’un voyageur sur deux choisira une région du Québec, alors qu’ils seront beaucoup moins nombreux à opter pour l’Ontario (14 %), les États-Unis (13 %) ou l’Europe (6 %).

Comme ce ne sont pas tous les Québécois qui prendront une pause bien méritée pendant les vacances de la construction, le coup de sonde s’est intéressé aussi aux personnes qui voyageront en dehors de cette période. Plus du tiers d’entre eux (35 %) songent à rester à l’intérieur des frontières du Québec.

«Je me réjouis de ces résultats qui feront certainement le bonheur de l'industrie touristique, alors que des milliers de travailleurs s'apprêtent à décrocher de la routine pour les deux prochaines semaines. Les voyageurs québécois constituent la clientèle la plus importante pour le Québec et sa principale source de revenus, bien avant les touristes étrangers», a dit la ministre du Tourisme et ministre responsable de la région de la Mauricie, Julie Boulet.

Le sondage a été réalisé du 5 au 9 juillet auprès de 1005 Québécois.

Séjour type des Québécois souhaitant voyager au Québec 

  • Durée moyenne: 3,9 nuits
  • Des dépenses touristiques de 750 $
  • Visite prévue à Québec (24 %), dans Charlevoix (13 %), en Estrie (12 %), dans les Laurentides (12 %) et en Gaspésie (11 %)
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.