/portemonnaie/business
Navigation

Ces compagnies qui nous contrôlent

Ces compagnies qui nous contrôlent

Coup d'oeil sur cet article

Google a reçu une amende de 7 milliards de dollars pour ses activités controversées. Cela marque-t-il un tournant ou n’est-ce qu’une charge financière anodine? Le géant américain fait partie des quatre entreprises technologiques les plus influentes au monde.

On les appelle les GAFA – Google, Amazon, Facebook, Apple – et elles concentrent ensemble une partie importante de la consommation technologique mondiale.

Un pouvoir incontestable

Ces compagnies qui nous contrôlent
AFP

Facebook rassemble 2,13 milliards d’utilisateurs dans le monde. Cela représente plus d’un humain sur quatre. 

De même, plus de 90% de nos recherches sur Internet sont faites sur Google, soit 3,5 milliards de requêtes par jour.

Les deux compagnies ont collecté à elles seules 61% des revenus internationaux en marketing digital.

Ces compagnies qui nous contrôlent
AFP

Nos téléphones intelligents et tablettes fonctionnent grâce à des systèmes d’exploitation. Dans le monde, 96% de ces produits opèrent sur Android ou iOS, les systèmes développés par Google et Apple.

Amazon, quant à elle, se spécialise dans les achats en ligne qu’elle domine largement. La société emploie 566 000 personnes dans le monde et a expédié 5 milliards de produits en 2017.

Un investissement dans le futur

Ces compagnies qui nous contrôlent
AFP

Par leurs activités, les GAFA ont accumulé un très grand capital. Leurs capitalisations boursières représentent 3280,52 milliards de dollars, plus que la bourse de Toronto au complet.

Ces masses énormes d’argent leur permettent d’investir dans l’avant-garde technologique, dont ils deviennent des leaders.

Voiture autonome, Big Data, biotechnologies, exploration spatiale, drones, neurosciences ou santé, les GAFA embarquent sur toutes les innovations.

Elles appartiennent notamment au courant transhumaniste qui voit les technologies autonomes et complexes comme la solution aux problèmes humains, permettant possiblement l’avènement d’un «homme augmenté».

Ces compagnies qui nous contrôlent
Sergey Brin / AFP

Sergey Brin, le cofondateur de Google, a notamment confirmé cette vision lorsqu’il a déclaré en 2015 que «nous ferons des machines qui raisonnent, pensent et font les choses mieux que nous le pouvons».

Pour implanter leur vision, les grandes entreprises digitales mettent aussi leur argent à profit à travers de grandes campagnes de lobbying. En 2017, Apple, Google, Amazon et Facebook y ont dépensé près de 50 millions de dollars.

Ainsi, les GAFA préparent le futur pour nos âmes profanes. Et nous devrons accepter ces avancées sous peine d’être «totalement dépassés», comme le rappelle l’auteur Laurent Alexandre dans la Guerre des Intelligences.

Les dérives du quotidien

Ces compagnies qui nous contrôlent
AFP

L’influence actuelle et future des GAFA semble insurmontable. Pourtant, de nombreuses dérives se sont affichées durant leur progression.

L’extraordinaire base de données dont dispose chacune de ces entreprises leur permet, à travers les outils adéquats, de mieux nous connaitre que nos proches.

Le scandale récent autour de Facebook et Cambridge Analytica a démontré cela. Les données de millions d’électeurs américains auraient servi à influencer l’issue des élections présidentielles de 2016.

Ces compagnies se sont aussi servies des lois antiterroristes, comme le Patriot Act de George W. Bush, pour utiliser les données de leurs usagers.

Le documentaire Terms and Conditions May Apply réalisé par Cullen Hoback rapporte notamment que c’est à travers l’acceptation des longs termes et conditions d’utilisation que nous offrons nos informations personnelles.

Le traitement de données à grande échelle a permis au ciblage en marketing de fortement se développer. Un article du New Yorker rappelle que les analystes de données et autres ingénieurs ont surclassé les créatifs du domaine.

Les Math Men ont remplacé les Mad Men.

Ces compagnies qui nous contrôlent
AFP

Les GAFA veulent aussi conserver leur avantage économique, voire leur monopole. Pour cela, elles utilisent parfois des pratiques qui jonglent avec les limites de l’éthique.

D’où l’amende de 7 milliards de dollars que l’Union européenne a infligée à Google pour abus de position dominante lié à Android.

La multinationale aurait notamment obligé les fabricants à préinstaller les applications de recherche Google sur leurs appareils.

Et la Chine s’est éveillée

Ces compagnies qui nous contrôlent
Jack Ma, fondateur d'Alibaba / AFP

La domination des GAFA est menacée par les avancées chinoises et leur poids qui ne cesse d’augmenter.

Les BATX chinois (Baidu, Alibaba, Tencent, Xiaomi) prennent de plus en plus d’importance. L’année dernière, lors de la fête des célibataires en Chine, Alibaba a généré plus de 25 milliards de dollars en une seule journée.

Ces entreprises ont les mêmes visées technologiques que leurs homologues américaines et leur concurrence est rude.

De récentes études présentent d’ailleurs Shanghaï et Pékin comme les futurs gros hubs technologiques mondiaux, en lieu et place de la Silicon Valley.

Toutefois, sociétés américaines et chinoises divergent dans leur relation à l’État. Alors que la vision libertarienne américaine privilégie l’affaissement de ce dernier, les compagnies chinoises se fondent dans le pouvoir socialiste chinois.

C’est une différence qui pourrait jouer un rôle important dans le futur.

En fin de compte, les grandes entreprises technologiques, en dépit de leurs procédés controversés, conservent un monopole sur leur secteur et ont pris de l'avance sur la suite.

Il reste qu’à s’en accommoder.
 

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux