/lifestyle/food
Navigation

Le pleurote sous toutes les coutures

Danielle Ricard et son conjoint exploitent ce champignon depuis 16 ans

Danielle Ricard, Champignons Charlevoix
Photo courtoisie, Pierre Rochette Danielle Ricard, Champignons Charlevoix

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir quitté la région de Charlevoix pour ses études et obtenu une maîtrise en arts plastiques, Danielle Ricard a décidé de s’y réinstaller à l’aube de ses 40 ans. Mais, rien à voir avec l’art. Elle et son conjoint font désormais pousser... des champignons.

« Je suis revenue dans le coin et je me suis dit : qu’est-ce que je pourrais bien faire dans une région aussi agrotouristique ? » révèle d’entrée de jeu Danielle Ricard.

Elle a trouvé sa réponse à l’occasion d’une simple balade en forêt avec son conjoint, Jean-Pierre Lavoie, qui travaillait comme chauffeur de camion et œuvrait également dans la construction. « Nous étions dans les bois et Jean-Pierre a donné un coup de pied au sol sur quelque chose. C’était un champignon. Je lui ai dit : nous allons faire pousser des champignons », explique la copropriétaire.

C’est au pied du mont Grand-Fonds, à La Malbaie, que se trouve la champignonnière de plus de 4000 pieds carrés. L’entreprise offre aux touristes de visiter ce lieu unique, tous les jours, jusqu’à la fin du mois d’octobre.

DU LABO À L’ASSIETTE

Produisant chaque année entre huit et dix tonnes de champignons, le substrat utilisé pour la culture des pleurotes est fait d’ingrédients naturels, dont la grande majorité se compose de bran de scie. Il faut savoir que les pleurotes poussent sur le bois et que c’est pour cette raison que le tremble, arbre de la famille des peupliers, a été choisi.

« Pour créer l’environnement, nous devons faire bouillir le bran de scie avec de l’eau pendant environ huit heures. Ainsi, nous allons neutraliser les bactéries pour avoir seulement ce dont nous avons besoin pour nos pleurotes. Et deuxièmement, le bois ramolli va accélérer le processus de fabrication à 35 jours », explique Mme Ricard.

Tout est fait sur place, du départ en laboratoire jusqu’à la transformation des produits pour être cuisinés. Précurseure et soucieuse de l’environnement, l’entreprise a décidé d’utiliser des contenants lavables et réutilisables. Les restants de substrat sont par la suite utilisés comme compost pour le jardinage.

EN POTS ET MARINÉS

Parmi tous les champignons bien connus, le pleurote a vu son nombre d’adeptes augmenter considérablement. Sa démocratisation culinaire a fait en sorte qu’il a connu un grand développement ces dernières années.

L’entreprise a décidé de les offrir principalement en pots... et marinés. Dans l’huile, dans un cidre de pomme, avec de la sauce tomate : les possibilités sont multiples. Il est possible de mettre la main sur un pesto de pleurotes épicé ou bien une sauce pour les pâtes à base de pleurotes et de tomates.

« Nous avons une forte demande et, bien sûr, il est impossible d’offrir nos produits à la grandeur de la province. Il y a quelques points de distribution dans la région, mais la majorité de nos ventes se fait en ligne via notre site champignonscharlevoix.com », conclut Mme Ricard.

Si la majorité des entreprises spécialisées dans les champignons au début des années 2000 ont lâché prise, le couple Ricard-Lavoie a trouvé, depuis maintenant 16 ans, la bonne recette et propose ainsi des pleurotes sous toutes leurs coutures.