/24m/food
Navigation

Festival Yatai MTL: place à la culture et à la bouffe nipponnes

Yatai
COURTOISIE - Yasuko Tadokoro L’édition 2018 de l’évènement culturel et culinaire Yatai MTL se déroule jusqu’au 22 juillet au Marché des Possibles et à l’Aire Commune.

Coup d'oeil sur cet article

Un groupe montréalais de rock japonais s’apprête à présenter un côté plutôt déjanté de la culture nipponne en fin de semaine dans le cadre du festival Yatai MTL.

Plusieurs milliers de festivaliers sont attendus au Marché des Possibles et à l’Aire Commune jusqu’à dimanche pour la deuxième édition de l’évènement extérieur visant à faire découvrir la cuisine de rue japonaise et la culture qui l’entoure.

Les sept membres du collectif musical Teke Teke présenteront quant à eux ce samedi à 21 h un style de musique sorti tout droit des années 1960 et 1970, une période de grands changements et d’expérimentations pour le pays du Soleil levant.

« Il y avait quelque chose de très puissant et underground», a expliqué la chanteuse Maya Kuroki à propos de cet important moment culturel.

«C’était très psychédélique et expérimental aussi et c’était vraiment la première fois qu’il y avait une vague de rébellion un peu au Japon», a ajouté le guitariste Serge Nakauchi Pelletier notamment connu pour le groupe montréalais Pawa Up First et pour avoir joué en tournée avec l’artiste Boogát.

La musique de la formation, qui a sorti son premier EP en mai dernier, est cependant très accessible pour les occidentaux selon les deux membres du collectif, surtout parce que sa sonorité a fortement été influencée par la musique américaine.

«Il y avait un gros mélange de traditionnel japonais et de l’Occidental nouveau», a décrit Mme Kuroki.

«On le sent quand on fait les spectacles qu’il y a quelque chose de familier, mais en même temps d’exotique aussi, a expliqué M. Pelletier à propos de la musique du groupe qui était à l’origine un simple projet hommage au guitariste japonais Takeshi Terauchi. Je trouve que c’est vraiment pour tout le monde.»

«Un petit voyage au Japon»

Quant au festival, les organisateurs misent aussi sur quelque chose de familier comme la cuisine de rue pour faire découvrir aux Montréalais un aspect moins connu du Japon.

«Au début, nous voulions seulement nous occuper de la nourriture, mais finalement la cuisine fait partie d’une culture et on ne peut pas l’isoler, a expliqué le coorganisateur de l’évènement, Thien Vu Dang. Les gens veulent une expérience complète, comme un petit voyage au Japon.»

En plus de la dizaine de kiosques de cuisine de rue, l’évènement compte notamment à sa programmation une session de karaoké japonais, des ateliers de dégustation et une compétition de janken cosplay battle, une version complètement éclatée du roche-papier-ciseau.

Une sculpture de papier géante à l’effigie d’un daruma, une figurine à vœux japonaise, a aussi été réalisée par l’artiste montréalaise Smoluk pour l’occasion.

Découvrir par la nourriture

Les festivaliers plus intéressés par la nourriture pourront quant à eux essayer des petits plats typiques de la cuisine de rue japonaise qui diffère souvent de ce qui peut être mangé au restaurant.

«Souvent, au Japon, les gens qui font de la nourriture de rue et en restaurant, ce n’est pas le même univers», a expliqué M. Dang.

Une équipe spécialisée en ce type de cuisine a d’ailleurs été formée pour assurer le bon déroulement du festival.

M. Dang précise cependant que les gens doivent arriver avec l’esprit ouvert et l’envie de découvrir de nouvelles choses en venant au Yatai MTL, car certains d’entre eux risquent d’être légèrement surpris par certains plats.

Les gens pourront par exemple essayer le takoyaki, une boulette de pâte semi-cuite fourrée aux poulpes.

«On veut que les gens découvrent la cuisine de rue de là-bas [...], mais ils doivent être prêts à découvrir la façon de manger à la japonaise», a expliqué le coorganisateur.

S’inspirer à la source

L’idée d’exporter au Québec les yatai, ces échoppes ambulantes japonaises servant de la nourriture, est venue originalement aux organisateurs de Yatai MTL au cours d’un voyage au pays de Soleil levant.

C’est après une visite de la ville japonaise de Fukuoka, une cité du sud du pays reconnue pour ses kiosques de nourriture installés le long d’une rivière, que Thien Vu Dang a décidé de lancer dans le Mile-End le festival de cuisine et de culture japonaises qui se déroule en fin de semaine.

«En se baladant là, on s’est dit que ça serait vraiment super d’amener ça à Montréal», a résumé M. Dang.

Victime de son succès

L’évènement de culture et nourriture japonaises est de retour avec une deuxième édition plus ambitieuse après avoir été légèrement submergé l’an dernier.

«Il y avait beaucoup trop de monde pour ce qui était prêt, a raconté M. Dang, qui estime que 2000 à 3000 personnes ont visité chaque jour l’évènement qui comptait seulement cinq kiosques. On était vraiment débordé.»

M. Dang assure cependant qu’ils ont pris plusieurs initiatives cette année pour être mieux préparés à accueillir les foules avec, par exemple, plus du double de kiosques et une offre culturelle venant s’ajouter à la nourriture.

«La majorité des gens vont venir pour la nourriture, mais ils auront en extra des parties de la culture japonaise qu’ils vont découvrir», a expliqué M. Dang.